"Embrasse-moi!": Dans une semaine plus personne ne souviendra de ce film

Fernand Denis

Océanerosemarie veut augmenter la part de marché de la romcom.

"Embrasse-moi" est au cinéma, ce que le soda et le yaourt sont au marketing.

Il s’agit d’augmenter la part de marché en lançant un nouveau goût. C’est pas du Coca abricot ou Danone litchi mais de la romcom lesbienne.

Pourquoi pas, le problème c’est qu’on est dans l’entrée de gamme, la comédie romantique pourrie : scénario basique, ficelles usées, personnages à dimension unique, acteurs de troisième zone.

La réalisatrice Océanerosemarie - toutattaché, ça fait stylé sans doute - s’est castée pour le premier rôle au cinéma. Personne ne le lui avait proposé auparavant et on comprend vite pourquoi. Une minute à l’écran dans le rôle d’une ostéopathe et on sait qu’elle n’est pas faite pour ce métier. Même courir, elle n’y arrive pas sans qu’on sente la présence de la caméra. Chacune de ses expressions surjoue la situation, elle n’est pas aidée par la musique. On n’a plus vu pire acteur sur un écran depuis Elio Di Rupo dans "J’ai le cœur qui saigne". Elle croise la pauvre Michelle Laroque qui ne tombera pas plus bas, c’est déjà cela.

Quant à Alice Pol, on suppose qu’elle a voulu casser son image de faire-valoir de Dany Boon. Elle aurait dû lire le scénario au lieu d’écouter le baratin d’Océanerosemarie. Elle doit regretter mais qu’elle se rassure, dans une semaine plus personne ne souviendra de ce film. Le problème, ce sera de le faire disparaître de sa filmographie.


"Embrasse-moi!": Dans une semaine plus personne ne souviendra de ce film
©IPM

Réalisation (?), scénario (?) : Océanerosemarie, Cyprien Vial. Avec Océanerosemarie, Alice Pol, Grégory Montel, Michelle Laroque… 1h 26.