"Wish Upon" : Le film d’horreur qui ne fait pas peur, fallait l’inventer !

Hubert Heyrendt

Un compromis raté entre le film de lycée et le film fantastique.

A17 ans, Clare continue de faire de sacrés cauchemars. On la comprend. Enfant, elle a vu sa mère se pendre dans le grenier. Depuis, elle vit misérablement avec son père, ferrailleur. De quoi susciter une avalanche de moqueries au lycée. Un jour, en faisant les poubelles dans un quartier chic, le père tombe sur une étrange boîte chinoise, qu’il s’empresse d’offrir à sa fille. Ça tombe bien ! Elle a pris le chinois, première langue au lycée… Ses rudiments en idéogrammes lui permettent de comprendre que la boîte lui offre 7 vœux. Cela ne coûte rien d’essayer… "Je veux que la blondasse de l’école qui m’emmerde à la cantine pourrisse jusqu’aux os." Exaucé ! "Je veux que le beau gosse tombe fou amoureux de moi." Exaucé ! Sauf qu’à chaque fois, quelqu’un meurt dans l’entourage de Clare…

Vue dans la série "Fargo" ou dans le film d’horreur "The Conjuring", Joey King joue les lycéennes boudeuses, qui traînent avec les losers à la cafèt mais rêvent en secret de devenir la fille la plus populaire de l’école… "Wish Upon" se résume en effet à une version fantastique du film de lycée, avec toutes les questions qui taraudent les ados (et la morale bien lourde qui va avec). Mais on est bien loin de "Carrie" car on ne frissonne pas une seule fois ici, toute scène gore nous étant épargnée. Le film d’horreur qui ne fait pas peur, fallait l’inventer ! C’est chose faite, sans doute pour tenter de séduire un public d’adolescentes ? Signé John Leonetti (à qui on devait le déjà pathétique "Annabelle", dont la suite, plus prometteuse arrive sur nos écrans le 9 août), le film ne séduira en tout cas pas les fans de genre. D’autant qu’il s’agit quasiment d’une copie conforme du bien plus effrayant "Possédée" d’Ole Bornedal, où l’objet maléfique était une boîte à dibbouk, esprit malfaisant de la tradition juive…


placeholder
© IPM

Réalisation : John R. Leonetti. Scénario : Barbara Marshall. Avec Joey King, Ryan Phillippe, Sydney Park… 1 h 30.