"Crash test Aglaé" : Le libéralisme jusqu’à l’absurde

Hubert Heyrendt

Un improbable road-trip vers l’Inde, sur fond de crise sociale en France.

La petite trentaine, Aglaé (India Hair) est heureuse dans sa petite vie tranquille. "Heureuse comme un hamster dans sa cage", précise-t-elle. Malgré ses TOC, ou plutôt grâce à ceux-ci, elle a décroché le boulot idéal : technicienne de préparation pour des crash-tests automobiles dans une usine de l’Eure. Malheureusement, la direction a décidé de délocaliser la boîte au fin fond de l’Inde ! Ne supportant pas le changement, pas plus que l’idée de devoir trouver un autre métier, Aglaé décide d’accepter de conserver son poste en Inde ! Ça tombe bien, elle joue au cricket… Plus surprise encore de voir la jeune femme suivie par deux collègues (Julie Depardieu et Yolande Moreau), la direction refuse de leur payer un billet d’avion, histoire de ne pas cautionner cette décision inattendue, qui souligne a contrario la politique de casse sociale menée par l’entreprise. Les trois femmes décident donc de mettre le cap sur l’Inde dans une vieille voiture. Le voyage va être long; il y a quand même plus de 8 000 km de route…

Quelle jolie surprise que ce premier long métrage. Eric Gravel signe en effet un petit film qui sort franchement de l’ordinaire dans le paysage quasi désertique de la comédie française intelligente. Car "Crash Test Aglaé" est un vrai ovni, à la fois drôle, touchant et profond, qui dépeint avec justesse la dureté de la société contemporaine et les aspirations des êtres qui la subissent.

Inadaptée socialement, Aglaé a trouvé un équilibre dans sa vie, ainsi que le boulot où elle est le plus utile et qui lui apporte une forme de satisfaction. Mais tout cela n’a aucune importance aux yeux de DRH qui observent l’existence de leurs employés avec distance et détachement, l’être humain se résumant pour eux à un coût dans une colonne de tableur Excel. Le film s’ouvre d’ailleurs sur une image glaçante : Aglaé, devenue inutile, improductive, est jetée sur un tas d’ordures à la frontière chinoise. Tout le film consistera à raconter, sous forme d’un road-movie en voiture, en stop, à vélo ou à pied, comment cette tête de mule a bien pu se mettre dans une telle situation en tentant, contre vents et marées, de rejoindre son nouveau boulot.

La proposition de comédie d’Eric Gravel est simple : pousser la logique libérale de la délocalisation jusqu’au bout de son absurdité. En résulte un film joyeusement absurde, adepte d’une forme de non-sense à la française. Tout en restant le portrait d’une jeune femme déboussolée qui, au gré des rencontres improbables émaillant son voyage, va découvrir qui elle veut devenir. Porté par une mise en scène pleine d’invention et de poésie, et par une actrice singulière (India Hair, vue dans "Camille redouble" et "Rester vertical"), "Crash Test Aglaé" creuse sans avoir l’air d’y toucher des questions qui résonnent en chacun de nous.


"Crash test Aglaé" : Le libéralisme jusqu’à l’absurde
©IPM

Scénario & réalisation : Eric Gravel. Photographie : Gilles Piquard. Musique : Philippe Deshaies, Lionel Flairs&Benoît Rault. Avec India Hair, Julie Depardieu, Yolande Moreau, Frédérique Bel… 1h25.