"Het Tweede Gelaat" : Six corps en quête de têtes

Hubert Heyrendt

A Anvers, les inspecteurs Vincke et Verstuyft mènent l’enquête sur un dangereux tueur en série.

En 2003, Erik Van Looy avait fait un carton au nord du pays, dépassant les 700 000 entrées avec "De Zaak Alzheimer" ("La mémoire du tueur" en VF), polar plutôt bien fichu emmené par un Jan Decleir magistral en tueur à gages atteint d’Alzheimer donnant un coup de main à un duo de flics enquêtant sur un réseau pédophile. Forcément, cet immense succès n’est pas resté sans suite. Les deux enquêteurs se retrouvaient en 2009 dans "Dossier K", toujours tiré d’un récit de Jef Geeraerts, mais cette fois mis en scène par Jan Verheyden. Nettement moins doué que Van Looy, le cinéaste signe également ce troisième volet.

Vincke (Koen De Bouw) et Verstuyft (Werner De Smedt) sont cette fois sur les traces d’un tueur en série. Dans le sable d’un parc naturel de la Côte, sont en effet déterrés six corps féminins décapités. Quelques heures plus tard, on retrouve une jeune femme à moitié nue errant du côté de Doel (Sofie Hoflack). Verstuyft ne reste pas insensible aux charmes de la jolie victime, la mystérieuse Rina, gérante d’un centre de soins psychiatriques aux airs de femme fatale… De quoi venir fissurer la belle amitié qui unit les deux limiers. Surtout quand Vincke demande de l’aide à un profiler hollandais…

Crimes crapuleux, flic au bout du rouleau, tueur en série, femme fatale… Pas de doute, "Het Tweede Delaat" est un film noir flamand pur jus, avec Anvers comme toile de fond. Ou plutôt noirissime… Car, que ce soit le scénario poussif ou la mise en scène lourdaude, tout est ici toujours très appuyé, sans aucune finesse. Les ressorts sont à ce point éculés que tout suspense est absent. Il ne faut pas une demi-heure au spectateur pour démasquer le coupable, quand à l’écran, les deux flics mettront pas moins de deux heures dix pour venir à bout de leur laborieuse enquête…


"Het Tweede Gelaat" : Six corps en quête de têtes
©IPM

Réalisation : Jan Verheyen. Scénario : Carl Joos (d’après le roman de Jef Geeraerts). Photographie : Danny Elsen. Montage : Philippe Ravoet. Avec Koen De Bouw. Werner De Smedt, Sofie Hoflack, Marcel Hansema… 2 h 07.