"Hostiles", portrait d'un capitaine en plein burn-out incarné par Chistian Bale

Si on ne tourne plus guère de westerns au XXIe siècle, la qualité et l’ambition sont souvent au rendez-vous. La singularité aussi comme dans "The Revenant", "La dernière piste" ou "L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford". "Hostiles" de Scott Cooper s’inscrit dans cet air du temps, c’est un western dépressif avec des Tuniques bleues en burn-out.

Denis Fernand
"Hostiles", portrait d'un capitaine en plein burn-out incarné par Chistian Bale
Si on ne tourne plus guère de westerns au XXIe siècle, la qualité et l’ambition sont souvent au rendez-vous. La singularité aussi comme dans "The Revenant", "La dernière piste" ou...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...