"Jusqu'ici tout va bien", un "Bienvenue chez les Ch'tis" paresseux et parisien

"Jusqu'ici tout va bien", un "Bienvenue chez les Ch'tis" paresseux et parisien
©D.R.

Jusque-là tout allait bien pour Fred, sa petite entreprise ne connaissait pas la crise avant que des contrôleurs d’impôts s’intéressent aux primes encaissées pour s’installer en zone franche. Ce n’était pas juste une boîte aux lettres que les fonctionnaires voulaient voir à la Courneuve, c’était la boîte tout entière. Elle va devoir déménager et accueillir de la main-d’œuvre locale.

Le titre Jusqu’ici tout va bien se veut une référence à La Haine mais le film modèle, c’est clairement Bienvenue chez les Ch’tis. Le Sud c’est Paris et le Nord c’est la banlieue. C’est donc "Bienvenue au-delà du périph'" pour un patron parisien et sa dizaine d’employés anxieux de débouler en terre inconnue, de participer à un choc des cultures.


Avec un peu de bonne volonté, tout finit par s’arranger ! C’est le message porté avec humour, avec la complicité de Malik Bentalha, par Mohamed Hamidi reconnaissable à sa double casquette, de cinéaste (Né quelque part, La Vache) et d’agrégé d’économie. L’une comme l’autre n’ont pas la bonne taille. C’est sympa d’œuvrer pour le vivre ensemble mais c’est pas une raison pour prendre les spectateurs pour des têtes de neuneu. La comédie, c’est de la mécanique, du rythme, de l’observation, pas juste de l’enquillage de sketchs relous sur une trame usée.

Quant à la dimension économique, on reste médusé par ce plaidoyer bienveillant pour la combine, la magouille, les petits arrangements entre amis et l’économie parallèle. Jusqu’ici tout va bien sent les bonnes intentions mais pas vraiment le travail sur les situations et les personnages. À l’écran, on reconnaît Gilles Lellouche d’avant Le grand Bain, Malik Bentalha sortant de Taxi 5 et Sabrina Ouazani. Elle aurait dû être le personnage central, mais elle est réduite au rôle de caution. Les autres jouent des clichés. Jusque-là, ça ne va pas.

Jusqu’ici tout va bien Comédie De Mohamed Hamidi Avec Gilles Lellouche, Malik Bentalha, Sabrina Ouazani. Durée 1h30.

"Jusqu'ici tout va bien", un "Bienvenue chez les Ch'tis" paresseux et parisien
©IPM