"Captain Marvel": La réponse de Marvel à "Wonder Woman"

"Captain Marvel": La réponse de Marvel à "Wonder Woman"
©Disney

Dans le 21e film de l'univers cinématographique Marvel, qui sort en salles ce mercredi, Brie Larson endosse le costume du dernier Avenger en date, une super-héroïne.

En ouverture de Captain Marvel , les afficionados de Marvel découvriront un nouveau logo, reprenant les caméos de Stan Lee (mort en novembre 2018) dans la vingtaine de films de la franchise qu’il lança en 2008. "Merci Stan !" , clame ensuite un carton, sur une musique plutôt martiale… C’est sûr que Disney peut dire merci à celui qui a su faire tourner la machine à dollars en relançant un genre désormais ultra-dominant. Les cinéphiles doivent-ils le remercier? C’est moins sûr. Les super-héros ont en effet désormais envahi tous les écrans, déversant une flopée de films la plupart du temps sans substance. A quelques exceptions près, comme X-Men : Days of Future Past de Bryan Singer ou Logan de James Mangold, par exemple).

Il faut cependant reconnaître à Stan Lee d’être parvenu à créer un univers cohérent, capable de tenir captifs les fans, qui attendent la toute dernière seconde du générique de chaque film pour découvrir l’indice annonçant le prochain film. En l’occurrence, ici, Avengers 4 : Endgame, prévu dans le courant de cette année et auquel sera intégré Captain Marvel.

Confié à un duo mixte inconnu, Anna Boden et Ryan Fleck (à qui l’on devait en 2015 Mississippi Grind, un petit road-movie sur les routes du Sud des Etats-Unis), ce 21e film de l’univers cinématographique Marvel est en effet chargé de présenter la nouvelle Avenger (apparue pour la première fois en comics en 1968, sous le nom de Carole Danvers). On découvre donc ici les origines de la future Captain Marvel, quand la mystérieuse Vers (protégée d'un guerrier Kree interprété par Jude Law) débarque sur Terre au milieu des années 90… Est-elle Terrestre? Kree? Skrull? On s’y perd mais surtout, à moins d’être complètement mordu, on s’en contrefiche.

"Captain Marvel": La réponse de Marvel à "Wonder Woman"
©Disney


Une femme aux commandes

Lorgnant plus que jamais du côté du space-opera (tendance Star Trek plutôt que Star Wars), Captain Marvel est en effet plombé par ces histoires extraterrestres qui rendent difficile toute forme d'identification avec les personnages… Tandis que l’humour appuyé façon Men in Black (notamment à travers le personnage du chat) semble vu et revu. Mais le pire est sans doute l’esthétique globale tape-à-l'oeil et l’avalanche d’effets spéciaux. Utilisés notamment pour rajeunir numériquement Samuel L. Jackson, qui campe le Nick Fury, directeur de l'agence gouvernementale ultra-secrète S.H.I.E.L.D. et futur créateur des Avengers. De quoi provoquer une sensation plutôt bizarre…

Au milieu de tout cela, reste heureusement Brie Larson. On se demande ce qui a pu attirer cette jeune star du cinéma indépendant vers une franchise qui va la tenir pieds et poings liés pendant des années - il suffit de voir ce qui est arrivé à la pauvre Scarlett Johansson… Dans les moments hors baston et autres ballets spatiaux, on retrouve le talent de la jeune comédienne oscarisée pour Room en 2016, capable d’apporter un peu d’humanité à un personnage totalement stéréotypé.

Réponse de Marvel à la Wonder Woman de DC Comics - le film de Patty Jenkins avait fait un carton en 2017 -, Captain Marvel surfe sur la vague féminine qui s’est emparée d’Hollywood (mais aussi sur celle de la nostalgie des années 90). Les films de super-héros en disent en effet beaucoup de l’évolution des mentalités et des comportements aux Etats-Unis. C’est sans doute en cela qu’ils sont le plus intéressant…

"Captain Marvel": La réponse de Marvel à "Wonder Woman"
©Disney


Captain Marvel Super-héros au féminin De Anna Boden & Ryan Fleck Scénario Meg LeFauve, Nicole Perlman & Geneva Robertson-Dworet Photographie Ben Davis Musique Pinar Toprak Avec Brie Larson, Jude Law, Samuel L. Jackson… Durée 2h04.