"Frankie": Un sublime dernier plan sauve le film du ratage intégral

Il suffit parfois, d’un plan, le dernier en l’occurrence pour éclairer tout un film et emporter quelques spectateurs sur le fil.

La caméra regarde les personnages de très loin. Ils ne sont plus que des points. Le double point orange et bleu marine, c’est Frankie (Isabelle Huppert), car on se souvient de sa jupe et sa veste. Le beige et bleu ciel, c’est son mari Jimmy (Brendan Gleeson) et le point vert allongé est celui de leur fille Sylvia.

Ils convergent, avec beaucoup d’autres vers le… point de rendez-vous. On les observe se déplacer, fasciné par le ballet pointilliste d’un tableau vivant.

Soit, un paysage surmonté d’une masse grise à laquelle, on ne prête aucune attention jusqu’au moment où un reflet ambré vient délicatement donner du relief à cette surface, celle de la mer en fait. Durant quelques instants, on est dans la tête de Monet, même si l’impression est au soleil couchant.

Là, on comprend qu’on vient de voir un film impressionniste avec des petites touches de vie. On comprend aussi qu’on ne verra plus Frankie, qu’on n’entendra pas ce qu’elle dira à ses proches qu’elle a rassemblé dans un bel endroit, une dernière fois, avant de partir, emportée par le cancer. On ne saura jamais si sa tentative de recomposer une famille décomposée sera couronnée de succès. Un peu tard, sans doute, pour s’en préoccuper.

Mais ou est passé Ira Sachs ?

Tout de même, on se demande où est passé Ira Sachs, subtil auteur américain qui a la capacité de transformer une situation banale en dilemme moral, comme dans les merveilleux Brooklyn village et Love is Strange.

Son nom figure bien au générique, mais sa touche est totalement absente de ce city-trip, vaguement tchékhovien, à Sintra au Portugal. Isabelle Huppert, atonale, est à la tête d’un casting 4 étoiles - Brendan Gleeson, Jérémie Renier, Marisa Tomei, Pascal Greggory - en mode estival. Seul Greg Kinnear montre de la conviction et fait passer un peu d’émotion dans un rôle pourtant microscopique.

Frankie Drame palliatif De Ira Sachs Avec Isabelle Huppert, Brendan Gleeson, Marisa Tomei, Jérémie Renier, Greg Kinnear… Durée 1h 38.

"Frankie": Un sublime dernier plan sauve le film du ratage intégral
©IPM


Sur le même sujet