"Les Incognitos": Un dessin animé qui nous prend pour des pigeons

Un mic-mac invraisemblable d’espions et de pigeons sans aucune originalité.

Suite au rachat de la Fox par Disney, la sortie de ce dessin animé labellisé Blue Sky Studio (la série des Âge de glace ) a été retardée d’un an. Double peine : il arrive dans la foulée de La Reine des Neiges 2 et face à l’épisode IX de La guerre des étoiles . Visant des publics familiaux similaires - et faute de réelle originalité, ces Incognitos (singulier titre français) risquent de le rester.

Le meilleur de ce film d’animation est le titre du court métrage de Lucas Martell qui l’a inspiré : Pigeon : Impossible . La version diluée en long métrage devient vite aussi alambiquée que la potion expérimentale qui métamorphose par accident l’espion de haut vol Lance Sterling en volatile à la grise robe - au grand dam de l’apprenti-Q de la CIA, Walter Beckett.

Enfant de la génération Z, ce dernier rêve de remplacer les gadgets explosifs et mortels par des bombes à cotillons avec hologrammes de LOL-cats (parce que la vue d’un chaton adoucit les mœurs, paraît-il). Le moment d’"empigeonner" Lance est d’autant plus mal choisi qu’un vrai méchant réussit à faire accuser l’agent de la CIA de traîtrise.

En version originale, le film peut s’appuyer sur l’identification entre les personnages et l’aura des acteurs qui leur prêtent leur voix : Will Smith en James Bond black imbu et autosatisfait, Tom Holland en impétrant maladroit et Ben Mendelsohn en grand méchant. Routine de type casting pour chacun d’eux, mais rehaussant un peu des personnages stéréotypés. En français, le ramage faisant défaut, il reste une animation maîtrisée mais convenue et un scénario linéaire dont le second degré ou la dimension parodique manquent de hauteur.

Les Incognitos / Spies in Disguise Animation De Nick Bruno et Troy Quane Scénario Lucas Martell Avec les voix de Will Smith, Tom Holland,… Durée 1h42.

"Les Incognitos": Un dessin animé qui nous prend pour des pigeons
©Note LLB