Dominik Moll : "Ça peut vite être chiant de voir des gens seuls dans la misère affective"

Dominik Moll : "Ça peut vite être chiant de voir des gens seuls dans la misère affective"
Le 28 août dernier, Seules les bêtes faisait l’ouverture des 16es Giornate degli Autori à Venise. Accompagné sur le Lido de Denis Ménochet (*) et de Valérie Bruni-Tedeschi, Dominik Moll apparaissait souriant et détendu pour évoquer son adaptation du roman de Colin Niel. "Il y a plein de choses qui me plaisaient dans le livre. Même si ce n’était pas évident, car les récits sont tous à la première personne. C’est quand même assez foisonnant, mais avec plein de choses excitantes : l’intrigue, le mystère, l’Afrique, le contraste avec l’hiver dans les causses. […] La solitude...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité