"Adoration", un film aux scènes marquantes qui évite les effets de mode

Paul a 14 ans. Plus enfant que déjà adolescent, il passe des journées solitaires dans la forêt qui entoure l’institut psychiatrique où sa mère est femme de ménage. Paul parle aux oisillons tombés du nid, qu’il soigne avec abnégation. Enfant un peu sauvage, il tombe en fascination devant Gloria, qui a son âge. Nouvelle patiente de l’institut, Gloria est trouble et incandescente. Gloria veut s’enfuir et rejoindre la maison de son grand-père, quelque part sur la côte bretonne. En adoration devant la jeune fille, Paul scelle un pacte avec elle. Commence pour les deux adolescents une cavale loin des adultes qui les oppressent.

Et revoici Gloria, héroïne fétiche de Fabrice du Welz, projection paganiste et féminine du réalisateur. Fantôme dans sa première itération, qui provoquait le Calvaire (2004) de Marc Stevens (Laurent Lucas), on la découvrait à l’âge mûr (sous les traits de Lola Duenas) dans Alléluia (2014), formant un couple criminel avec Michel (Laurent Lucas). Du Welz et son coscénariste Romain Protat remontent cette fois aux sources du personnage.

Ces trois œuvres forment une trilogie de la passion - bientôt tétralogie avec le nouveau projet de du Welz, Inexorable. Malgré la connotation religieuse de leurs titres, la passion dont il est question est émotionnelle, avec le déséquilibre psychologique et les souffrances sous-jacentes.

Dans ce récit à rebours du parcours de Gloria, le réalisateur, tel un sculpteur, procède par épure. Son cinéma se fait moins démonstratif, plus naturaliste dans les décors envoûtants des Ardennes belgo-françaises, autre motif récurrent. Faisant sienne une citation de Boileau-Narcejac, du Welz transforme par l’imagination un décor de "vie quotidienne" "en monde fantastique", projection de la folie à deux de Paul et Gloria. La lumière domine aussi ici, idéalement magnifiée aux différentes heures de la journée. Calvaire reflétait l’hiver d’une vie, Alléluia l’automne de la passion. Adoration en est l’été, vrillé d’accès de fièvre. La violence est moins exposée qu’exprimée dans l’intensité des sentiments.

Thomas Gioria (révélé dans Jusqu’à la garde) confère à Paul une parfaite fragilité et l’innocence qui explique sa relative soumission à Gloria. Fantine Harduin (Happy End de Michael Haneke) habite Gloria en dosant charisme, fragilité et folie brute (dans les faits une cyclothymie). Leur relation trouble est le cœur vibrant d’équilibre du film. Mais ce tandem d’adolescents solitaires trouve un contrepoint magistral en Hinkel (Benoît Poelvoorde), gardien d’un camping abandonné. Hinkel, c’est peut-être Paul à l’âge adulte. Ou, déjà, une projection de Bartel (Jacky Berroyer), le dernier amant de Gloria qui travestissait Marc Stevens dans Calvaire. Poelvoorde signe une de ses meilleures interprétations, veuf fatigué et blessé. La grue cendrée (qui s’unit pour la vie) tatouée sur son dos est un écho aux oiseaux que sauve Paul.

Comme de coutume chez du Welz, la mémoire cinéphile s’impose. On pense à La Nuit du Chasseur (1955) de Charles Laughton, pour la fuite au fil d’une rivière. Mais la voix et le regard du réalisateur convoquent un cinéma moins maniéré. Son réalisme est plus poétique que magique. Avec son directeur de la photographie, Manu Dacosse, Fabrice du Welz compose des scènes marquantes, en chantre du 35 mm. Support vénéré d’un autre âge pour un film qui évite les marqueurs temporels et les effets de mode - tout entier à son adoration d’un cinéma passionné.

Adoration Thriller De Fabrice Du Welz. Scénario Fabrice Du Welz, Vincent Tavier et Romain Protat. Avec Thomas Gioria, Fantine Harduin, Benoît Poelvoorde,… Durée 1h38.

"Adoration", un film aux scènes marquantes qui évite les effets de mode
©Note LLB

Sur le même sujet