"The Gentlemen", un polar bien ficelé signé Guy Ritchie (qui renoue avec ses racines)

"The Gentlemen", un polar bien ficelé signé Guy Ritchie (qui renoue avec ses racines)

Découvert en fanfare avec Arnaques, Combines et Botanique en 1998, Guy Ritchie confirmait, deux ans plus tard, dans la même veine du polar à l’anglaise, avec Snatch , avec cette fois un certain Brad Pitt en guest star. Avant de perdre de son aura dès 2002 avec le bien nommé À la dérive , où Ritchie filmait son ex-femme Madonna sur une plage déserte. Le réalisateur anglais a pourtant su rebondir et a même su s’imposer comme un cinéaste bankable avec sa trilogie comique de Sherlock Holmes ou avec Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur en 2017. Série de films où son talent semblait totalement gâché.


Après une commande pour Disney ( la version live d’ Aladdin ), Ritchie s’offre un film pour lui, en souvenir de ses débuts. The Gentlemen renoue en effet - il suffit de voir l’affiche - avec l’esprit de ses premiers films. Soit un vrai savoir-faire en termes de mise en scène, avec un style léché qui lui permet de filmer la violence avec second degré, plutôt que cynisme ou complaisance. Conteur hors pair, le Britannique sait par ailleurs comme personne se jouer de la perception des spectateurs, grâce à un scénario retors comme on les aime et à un montage aux petits soins. Tandis que ses dialogues au cordeau so british font toujours mouche.

Dans The Gentlemen , Ritchie joue d’ailleurs très habilement de la mise en abîme. Pour raconter l’ascension et la chute du roi londonien de la marijuana Mickey Pearson (Matthew McConaughey), le réalisateur choisit un personnage de journaliste cupide. Très savoureux dans le rôle du conteur tentant de faire chanter l’homme de main du baron de la drogue (Charlie Hunnam), Hugh Grant s’en donne à cœur joie. Tout comme la plupart des acteurs, de Collin Farrell à Jeremy Strong, en passant par Michelle Dockery en femme fatale bien loin de l’ambiance feutrée de Downton Abbey

Enlevé, intelligent, toujours surprenant, The Gentlemen est une comédie policière irrésistible, qui redonne espoir dans la carrière de Guy Ritchie. On est dès lors plutôt curieux de le retrouver prochainement avec Cash Tusk , remake du Convoyeur de Nicolas Boukhrief en 2004, dans lequel Jason Statham reprendra le rôle d’Albert Dupontel.

The Gentlemen Polar British De Guy Ritchie Scénario Guy Ritchie Photographie Alan Stewart Musique Christopher Benstead Avec Matthew McConaughey, Charlie Hunnam, Michelle Dockery, Jeremy Strong, Colin Farrell, Hugh Grant… Durée 1h53

"The Gentlemen", un polar bien ficelé signé Guy Ritchie (qui renoue avec ses racines)
©Note LLB