"Effacer l’historique": de quoi vous donner envie de jeter votre portable par la fenêtre

Delépine et Kervern de retour avec une comédie post-Gilets jaunes bien sentie sur nos vies numériques.

Pour leur neuvième film, Benoît Delépine et Gustave Kervern signent une comédie qui leur ressemble, drôle et triste à la fois, dans la lignée de Louise-Michel, Mammuth ou Le Grand soir. Dans Effacer l’historique, les Grolandais mettent en scène trois anciens Gilets jaunes. Deux ans après avoir "pris" le rond-point du Lidl d’une petite ville du Nord de la France, Marie (Blanche Gardin), Bertrand (Denis Podalydès) et Christine (Corinne Masiero, qui a réellement rejoint le mouvement des Gilets jaunes dans le Pas-de-Calais) ont repris le cours de leur vie. La première se relève d’autant plus difficilement d’une séparation douloureuse que la voilà victime d’une "sextape bretonne". Le deuxième tente d’aider sa fille, victime de harcèlement sur Facebook. Quand la troisième survit à la précarité en devenant chauffeur VTC.

Bienvenue dans le XXIe siècle et dans la "modernité" !

Cauchemar numérique

Avec leur ton si particulier, fait d’une vraie empathie pour leurs personnages issus de "la France d’en bas", Delépine et Kervern nous tendent un miroir, à peine déformant, de la société de l’information dans laquelle on est désormais enfermé. Leur nouveau film, le tandem le construit en effet comme une accumulation de tous les nouveaux comportements liés à l’irruption du numérique dans nos existences : les sextapes (avec un clin d’œil de Vincent Lacoste) et les VTC donc, mais aussi les livreurs à vélo (un Poelvoorde totalement épuisé), les portables et leurs impossibles chargeurs, les réseaux sociaux, les clouds… Sans oublier les factures à payer, le choix d’un nouvel opérateur, les sollicitations par téléphone.

Delépine et Kervern font leur beurre d’une forme de mal-être généralisé (avec un coucou du pote Houellebecq), dépeignant un monde oppressant, dans lequel les êtres sont réduits au rang de consommateurs, jusque dans leurs rêves, leurs désirs les plus intimes. Le seul espoir du trio ? Une bonne âme qui pourrait Effacer l’historique, avec un coucou de Bouli Lanners en hacker éolien.

Car, sous ses derrières de comédie hilarante - avec des situations bien senties, des dialogues aux petits oignons et des comédiens irrésistibles, où, aux habitués, s’ajoutent trois petits nouveaux au poil : Blanche Gardin, Denis Podalydès et Corinne Masiero -, Effacer l’historique est un film grave. Un film qui, sans avoir l’air d’y toucher, en dit beaucoup du monde dans lequel on vit, un monde hyperconnecté et paradoxalement de plus en plus individualiste, fait de solitude, de manque de communication et de solidarité. Un film qui donne envie de jeter son portable par la fenêtre pour se déconnecter au plus tôt et regagner le contrôle de notre temps et, ce faisant, de nos vies…

Effacer l’historique Comédie Scénario & réalisation: Benoît Delépine & Gustave Kervern. Photographie: Hugues Poulain. Avec Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero, Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners, Michel Houellebecq… Durée 1h50.

placeholder
© D.R.