Václav Marhoul : "J’ai tourné les scènes avec beaucoup de décence, même celle où les rats tuent le bébé"

Il y a tout juste un an, la présentation de The Painted Bird en Compétition à Venise, a profondément divisé. Adaptant L’Oiseau bariolé de Jerzy Kosinski, Václav Marhoul a été acclamé par les uns - saluant cette description sans fard de l’ignominie de la guerre -, quand les autres quittaient la salle ou huaient la mise en scène esthétisante et complaisante des pires atrocités.

Václav Marhoul : "J’ai tourné les scènes avec beaucoup de décence, même celle où les rats tuent le bébé"
Au lendemain de ces projections mouvementées, le cinéaste tchèque ne se démontait pas pour autant, apparaissant sûr de son talent. "Je me fiche de faire un chef-d’œuvre ou d’aller à...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité