Julien Deper, l'homme qui écarquillait les yeux

Enseignant en éducation physique, cet habitant de Grez-Doiceau parcourt aussi la nature, caméra au poing, pour réaliser des courts-métrages à succès.

Julien Deper, l'homme qui écarquillait les yeux
©Julien Deper (DR)
"Je suis un marcheur habillé par le vent, comme ces oiseaux perchés aux cathédrales sauvages et qui chantent pour vous." Il n’y a sans doute pas beaucoup d’autres mots que ceux-ci, récités au début de son court-métrage Danse pour les arbres, qui permettent de décrire Julien Deper. Ou peut-être un, admet-il : celui de "passionné". Tour à tour enseignant d’éducation physique, photographe,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet