Mathieu Kassovitz, 25 ans après "La Haine": "C’est un privilège de blancs de pouvoir manifester dans la rue pour le prix du pétrole"

Ce mercredi, La Haine fait à nouveau résonner son tic-tac dans les salles: « Jusqu’ici, tout va bien… » Un quart de siècle après sa présentation à Cannes, le film est toujours un choc. Pour Kassovitz, rien, ou presque, n’a changé dans la société française.

Mathieu Kassovitz, 25 ans après "La Haine": "C’est un privilège de blancs de pouvoir manifester dans la rue pour le prix du pétrole"
©D.R.
Mardi, 13h45, un SMS tombe: « On me dit que tu peux appeler aujourd’hui à 14:00!!! » Vite, griffonner quelques qestions sur un bout de papier, préparer l’ordinateur, l’enregistrement. Et on appelle Mathieu Kassovitz par FaceTime, histoire de voir sa tête. On cueille l’acteur et cinéaste...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité