"La vie devant soi": Sophia Loren reprend du service pour Netflix

À 86 ans, la star italienne joue les mamies d’accueil dans une nouvelle adaptation du roman de Romain Gary sur Netflix.

"La vie devant soi": Sophia Loren reprend du service pour Netflix
©DR

À 86 printemps, Sophia Loren reprend du service pour Netflix, dans une nouvelle adaptation de La Vie devant soi (Prix Goncourt 1975 d’Émile Ajar, alias Romain Gary), 43 ans après celle de Moshé Mizrahi. Transposée dans l’Italie contemporaine, cette adaptation est signée Edoardo Ponti, le fils du grand producteur franco-italien Carlo Ponti - qui a produit Fellini, De Sica, Antonioni… - et… de " la " Loren justement.

Son fils est en effet le seul qui a su faire retrouver le chemin des plateaux à la star italienne, onze ans après son apparition dans Nine de Rob Marshall. Même si elle avait déjà fait une exception pour Edoardo Ponti, en jouant dans son court métrage Voce umana en 2013. C’est que Sophia Loren ne sait pas dire non à son rejeton, puisqu’elle jouait déjà dans son premier long métrage, Between Strangers en 2002.

Sur fond d’accueil des migrants

Souvent évoqué par le cinéma - le roman est ainsi cité dans Mon roi de Maïwenn ou dans Mommy de Xavier Dolan -, La Vie devant soi est un récit universel, qui retrace les liens qui se tissent entre une vieille dame ayant survécu à la Shoah et un jeune orphelin musulman. Un récit qui montre que l’amour entre un enfant et une mère, fût-elle de substitution, est plus fort que tout…

Dans cette optique, on comprend que Ponti ait voulu filmer sa mère et lui offrir un dernier grand rôle. Âgée, l’actrice n’a cependant rien perdu de son magnétisme dans le rôle de Madame Rosa (en français dans le texte), face à Momo (Ibrahima Gueye). Lumineux, le gamin campe un jeune réfugié sénégalais de 12 ans, que recueille la vieille dame, en tentant de le remettre sur le droit chemin.

Son adaptation de Gary, Ponti choisit de la placer sur fond du drame des migrants en Italie. Ce qui explique le choix d’un petit garçon noir, et non plus maghrébin, mais aussi que l’histoire prenne place en bord de mer (le film a été tourné à Bari, dans les Pouilles). Mais, aussi bonnes ses intentions soient-elles, le cinéaste ne parvient pas à dépasser le téléfilm convenu pour les abonnés de Netflix. Le récit manque clairement d’ampleur, tandis qu’il gomme beaucoup de ce qui faisait le sel du roman - le passé de prostituée de Madame Rosa est quasi passé sous silence - pour se caler dans le cocon des émotions plus confortables…

La Vie devant soi / La vita davanti a sé Drame De Edoardo Ponti Scénario Edoardo Ponti Ugo Chiti (d’après le roman de Romain Gary) Photographie Angus Hudson Musique Gabriel Yared Montage Jacopo Quadri Avec Sophia Loren, Abril Zamora, Ibrahima Gueye, Renato Carpentieri… Durée 1h31.

"La vie devant soi": Sophia Loren reprend du service pour Netflix
©DR