Kino-Kimono: portrait de Thierry Frémaux, alias "Monsieur Cannes"

Privé de Festival par la pandémie, l’omnipotent cinéphile aux manettes de la grand-messe cannoise revient avec nostalgie sur sa jeunesse de judoka.

Cannes Film Festival Press Conference
©Marechal Aurore/ABACA
Guillaume Gendron ©Libération
Tapis rouge, forcément. La langue moelleuse mène à son bureau, dans un immeuble coquet du Marais, à Paris. C’est là que Thierry Frémaux, "Monsieur Cannes", décide de qui en sera. Qui aura, une fois la pandémie relativement maîtrisée (lui table sur juillet), l’honneur de monter les fameuses marches. Mais ce matin blafard de janvier, le tout juste sexagénaire cause tapis verts....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet