Festival du film fantastique : entre plaisirs coupables et air du temps

Festival du film fantastique : entre plaisirs coupables et air du temps
©BIFFF
À quoi tient un bon film d’horreur ou fantastique ? À sa capacité à faire frémir. Mais, aussi, tels les contes de Grimm, à dire quelque chose...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet