"Fear of Rain": on est presque mal à l’aise face à une telle utilisation de la schizophrénie

Un thriller psychologique cousu de fil blanc sur la schizophrénie.

"Fear of Rain": on est presque mal à l’aise face à une telle utilisation de la schizophrénie

Passionnée de peinture, Rain (Madison Iseman) retrouve le lycée de sa petite ville de Floride après une longue absence. Suite à une grave crise d’hallucinations, la gamine a en effet été diagnostiquée schizophrène. Malgré le soutien de sa mère (Katherine Heigl) et de son père (Harry Connick Jr), Rain continue à entendre et à voir des choses étranges. Pourtant, même s’il lui arrive de douter d’elle-même, elle en est certaine : il se passe quelque chose de louche chez la voisine (Eugenie Bondurant). Mais personne ne veut la croire. Sauf Caleb (Israel Broussard), le petit nouveau à l’école, tombé sous le charme de cette étrange et jolie jeune fille…

Vue dans Jumanji : Welcome to the Jungle en 2017 (et sa suite The Next Level ) ou dans Annabelle Comes Home en 2019, la jeune Madison Iseman tente bien de tenir à bout de bras ce thriller psychologique, mais c’est peine perdue… Après deux bluettes (Albion : The Enchanted Stallion et Apple of my Eyes en 2016 et 2017), l’actrice et réalisatrice Castille Landon se prend les pieds dans le tapis du genre. La cinéaste est nettement plus à l’aide dans la guimauve - qui teinte ici la romance adolescente qui se noue entre les deux personnages principaux - que dans le thriller. On a en effet toujours un ou deux coups d’avance sur cette intrigue cousue de fil blanc.

Les relations au lycée, à la maison, l’histoire d’amour naissante entre les deux ados, l’aventure façon Le Club des Cinq, la méchante sorcière de voisine… Tout sent le déjà-vu dans Fear of Rain. Tandis que la mise en scène de Landon se fait atrocement démonstrative, que ce soit dans les flash-back à deux balles sur le passé heureux de la famille ou les crises d’hallucinations de la jeune héroïne. Tout est tellement gratuit qu’on en est presque mal à l’aise face à une telle utilisation de la schizophrénie comme un simple ressort permettant tous les raccourcis scénaristiques les plus bas de gamme…

Et pourtant, on reverra très rapidement Castille Landon. Elle signe en effet les deux prochains chapitres d’After, la saga ado à l’eau de rose tirée des romans d’Anna Todd : After We Fell (en salles le 1er septembre) et After Ever Happy. Elle y sera nettement plus dans son élément.

Fear of Rain Thriller psychologique Scénario & réalisation Castille Landon Musique Jamie Muhoberac Avec Katherine Heigl, Madison Iseman, Israel Broussard, Harry Connick Jr… Durée 1h44.

"Fear of Rain": on est presque mal à l’aise face à une telle utilisation de la schizophrénie
©D.R.

Disponible en VOD sur AppleTV, GooglePlay, Rakuten, Proximus et BeTV.