"Slalom": Où commence le consentement ?

Jérémie Renier, inquiétant face à la formidable Noée Abita, dans le rôle d’un entraîneur abuseur. Un premier film très fort de Charlène Favier.

À 15 ans, Lyz (Noée Abita) est un jeune espoir du ski français en train de vivre son rêve : intégrer le prestigieux lycée Bourg-Saint-Maurice, qui propose une section ski-études de haut niveau. Tête de turc de Fred (Jérémie Renier), ex-champion désormais entraîneur, la gamine bosse dur pour s’imposer sur les pistes. Et, grâce aux conseils de ce dernier, cela paie. Elle remporte bientôt une première course. Mais si Lyz ne pense qu’aux médailles et à intégrer l’équipe de France en vue des JO, son entraîneur a autre chose en tête. Dans les vestiaires ou à la piscine, son regard traîne de plus en plus sur les courbes de la jeune fille…


Noée Abita, la révélation

Labellisé "Cannes 2020", Slalom est le premier long métrage de la Française Charlène Favier, connue notamment pour son court Odol Gorri (nommé aux César 2020), déjà avec Noée Abita. Vue dans Le Grand Bain de Gilles Lellouche ou dans Mes jours de gloire d’Antoine de Bary, la jeune comédienne révèle ici l’ampleur de son talent. Elle campe avec conviction une jeune fille de 15 ans flattée de l’attention que lui porte un homme qu’elle respecte et qui ne parvient pas à discerner exactement la frontière de ce qui est possible ou non de la part d’un adulte.

Très convaincante tout au long du film, Noée Abita incarne à la perfection le sujet du film, celui du consentement. Exactement comme Vanessa Springora dans son livre homonyme, qui y décrivait sa relation avec l’écrivain pédophile Gabriel Matzneff, Charlène Favier met en scène, dans l’atmosphère feutrée des stations de ski, une histoire d’amour qui n’en est pas une, entre une gamine à peine sortie de l’enfance et un adulte qui abuse consciemment de son autorité sur celle-ci. Une autorité non seulement morale - Lyz admire l’ancien champion de ski -, mais aussi hiérarchique, puisque Fred est son entraîneur et régit une bonne partie de sa vie et de son corps.

"Slalom": Où commence le consentement ?
©D.R

Un Jérémie Renier trouble

La cinéaste s’attarde ainsi sur ces compléments alimentaires qu’il lui donne pour développer sa masse musculaire, sur ces séances de musculation intenses qui abrutissent la jeune fille, jusqu’à ce que, épuisée physiquement, elle baisse la garde pour tomber dans les griffes d’un prédateur capable d’user à son profit de toutes les failles d’une adolescente fragile mentalement et isolée - sa mère est absente, travaillant à Marseille.

Dans le rôle de cet homme manipulateur, on retrouve un Jérémie Renier surprenant. Parfaitement inquiétant - dans les scènes les plus anodines, comme dans les plus dures -, le comédien belge se livre sous un jour nouveau. On le reverra prochainement dans un rôle tout aussi trouble, celui de L’Ennemi de Stephan Streker, inspiré de l’Affaire Westphael.

"Slalom": Où commence le consentement ?
©D.R

Slalom Drame glaçant De Charlène Favier Scénario Charlène Favier & Marie Talon Photographie Yann Maritaud Avec Noée Abita, Jérémie Renier, Muriel Combeau… Durée 1h32

"Slalom": Où commence le consentement ?
©Cote LLB

Sur le même sujet