"Nobody": il y a du MacGyver et du Rambo dans ce film

Bob Odenkirk impose talents cachés et atouts musclés dans un film plein d’ironie.

"Nobody": il y a du MacGyver et du Rambo dans ce film
©D.R.

Une banlieue proprette et sans histoire ; un cambriolage qui vire au fiasco et réveille toute la maisonnée. Mais face à son fils et sa femme, ébahis, le père de famille (Bob Odenkirk) reste sans réaction. Il sent que sa vie lui échappe de plus en plus, tout comme l’estime de ses proches.

Nobody est à la fois un film de "revanche" et de baston et une parodie grâce à un judicieux choix musical qui apporte une note ironique à une narration explosive. L’histoire typique du quidam avec lequel il ne fallait pas s’embrouiller et qui est hors de contrôle une fois lancé.

Il y a du MacGyver dans la façon dont Hutch Mansell décide d’organiser la protection de sa famille et du Rambo (en moins musclé mais tout aussi percutant) dans ce film. Sans oublier un petit côté Agence tous risques en touche finale.

Le réalisateur Ilya Naishuller se joue de l’image de citoyen banal de Bob Odenkirk, forgée au fil des multiples saisons de Breaking Bad et Better call Saul, la série dérivée, centrée sur la vie de Jimmy McGill, avant qu’il ne devienne l’avocat véreux du fameux Walter White.

On songe à Falling Down, le film avec Michael Douglas, mais la recette est plus basique cette fois.

Bagarres, raclées, fusillades et cascades en tous genres : on assiste à un véritable festival. À cela s’ajoute le très beau clin d’œil adressé par Christopher Lloyd (le Doc de Retour vers le futur) dans le rôle du grand-père retraité du FBI.

Le déroulé de Nobody coche toutes les cases du film de genre et "fait donc le job" sans sourciller. Mais la bande-son et la réalisation offrent le recul ironique indispensable à ce type d’entreprise extrêmement bien rodée.

Nobody Riposte musclée De Ilya Naishuller Scénario Derek Colstad Avec Bob Odenkirk, Connie Nielsen, Christopher Lloyd Durée 1h32.

"Nobody": il y a du MacGyver et du Rambo dans ce film
©D.R.