"Dark Rider": le rêve fou d'un motard australien

Un documentaire belge inspirant sur le rêve fou d’un motard australien aveugle.

L’image est fascinante. Sur un lac salé d’un blanc étincelant - le lac Gairdner, en Australie-Méridionale -, deux motos filent à toute allure ! Sur la première, Ben Felten, Australien de 51 ans qui rêve de battre le record de vitesse à moto par un aveugle, détenu par le Britannique Stuart Gunn : 265 km/h ! Derrière lui, son guide, l’ancien champion de 500 cc Kevin Magee, 56 ans, qui lui donne ses indications par radio : "Tout droit. Droit. Droit. Droit. À gauche. Gauche. Gauche. Tout droit…" Quand l’écran devient noir et que le spectateur perd, un instant, le sens de la vue, il prend conscience de l’exploit réalisé en mars 2018 par l’équipe de Blind Speed…

L’aventure de Ben Felten est une inspiration pour Jed, adolescent australien de 13 ans dont la vue est en train de se détériorer et qui rêve de moto et de rodéo…

Passionnée de moto - elle avait déjà réalisé en 2016 Between the Devil and My Deep Blue Skin, documentaire consacré au Blue Angels Motorcycle Club, un des plus anciens clubs de motards européens, fondé à Glasgow en 1963 - et motarde elle-même, Eva Küpper signe avec Dark Rider un film magnifique.

La beauté de la vitesse

Si, sur papier, la tentative de battre un record du monde de moto à l’aveugle peut laisser indifférent, voire sceptique, la cinéaste gantoise parvient à transcender son sujet, pour livrer un film universel. Il y a tout dans Dark Rider : la passion folle de la vitesse, un récit inspirant sur le dépassement de soi et la recherche de la paix intérieure et une superbe histoire amitié. Sans oublier la magnificence des paysages australiens.

Si elle aborde le sujet de la cécité, Eva Küpper a en effet choisi une approche très visuelle. Son documentaire, elle le met en scène comme un film, faisant de ses héros, qu’elle a suivis pendant trois ans, de vrais personnages attachants. Grâce au talent de son directeur photo Carl Rottiers, elle nous offre de sublimes images, qui confèrent une vraie profondeur à l’aventure de ces deux quinquagénaires courant après le rêve de l’un, quand le second a laissé les siens derrière lui… Tandis que, supervisé par l’excellent Nico Leunen, le montage, subtil et non chronologique, achève de faire de Dark Rider un grand film, que l’on dévore comme une vraie fiction.

Dark Rider Documentaire Scénario & réalisation Eva Küpper Photographie Carl Rottiers Montage Thijs Van Nuffel & Nico Leunen Durée 1h31.

"Dark Rider": le rêve fou d'un motard australien
©D.R.