"Saw" en mode torture policière

Chris Rock donne un nouveau ton, plus policier, à la franchise "Saw", en voie de marvellisation.

Le lieutenant Zeke Banks (Chris Rock) est un incorruptible qui aime travailler en solitaire. Depuis qu’il a dénoncé un de ses collègues corrompu, c’est la bête noire du commissariat. Après une énième mission en solo qui aurait pu mal tourner, sa cheffe (Marisa Nichols), qui a succédé à son père Marcus (Samuel L. Jackson) à la tête de la brigade, lui impose un inspecteur stagiaire (Max Minghella). Zeke est chargé de d’apprendre les rudiments du métier au bleu. Et ça commence fort. Leur première enquête concerne la mort d’un collègue policier, retrouvé la langue arrachée et déchiqueté par une rame de métro le soir du 4 juillet…

Un été caniculaire, un tueur en série qui rôde dans les rues d’une grande ville… Spirale multiplie les clins d’œil au Summer of Sam de Spike Lee, le président du jury cannois gaffeur. Ce spin-off de Saw tente en effet d’emmener la saga dans une autre direction avec une enquête à la Seven sur les traces d’un imitateur du célèbre Jigsaw, ce "Tueur au puzzle" au centre de l’interminable franchise lancée par James Wan en 2004 et qui avait lancé un sous-genre du film d’horreur, le "torture porn".

Manque de courage

Que les fans se rassurent, il y a du gore et des séquences de torture pas piquée des vers dans Spirale, mais l’ambition est assez différente. Sous l’impulsion de Chris Rock, à l’origine de l’histoire, le film tente en effet d’intégrer une dimension plus politique, en mettant directement en accusation l’institution policière et sa corruption, tout en jouant avec le sous-texte des "Pigs", lié au mouvement des Black Panthers. Le tueur arbore ainsi un masque de cochon quand il s’en prend aux flics… Mais s’il dénonce, de façon classique, la corruption dans la police, le film manque cruellement de courage pour aller au bout de sa démarche et s’en prendre ouvertement aux violences policières. Ce sont plutôt ici les policiers qui sont victimes de torture…

Pour le reste, confiée à Darren Lynn Bousman (déjà à la barre des Saw II à IV), on reste ceci dit au ras des pâquerettes, dans une pure exploitation de la violence, où le réalisateur se montre plus à l’aise que dans l’intrigue policière, qui avance balourdement à coups de flash-backs pourris…

Après avoir rapporté plus d’un milliard de dollars, la franchise Saw n’a donc pas dit son dernier mot. Pire, on assiste même à sa marvellisation. Spirale n’est en effet pas Saw IX… Lequel pourrait arriver en parallèle d’un Spirale II, voire de séries télé dérivées…

Spirale : L’Héritage de Saw/Spiral : From the Book of Saw Film d’horreur De Darren Lynn Bousman Scénario Josh Stolberg & Pete Goldfinger (d’après une histoire de Chris Rock) Avec Chris Rock, Max Minghella, Samuel L. Jackson, Marisa Nichols… Durée 1h35

placeholder
© IPM