"Playlist": on se laisse emporter par les heurs et malheurs de Sophie

L’autrice de bande dessinée Nine Antico réussit son passage derrière la caméra avec un patchwork amoureux semi-biographique.

Nine Antico n'est ni la première ni la dernière de la confrérie des auteurs ou autrices de bande dessinée à passer derrière la caméra. L'autrice de Coney Island Baby suit un chemin naturel dans son cas, puisqu'avant de trouver sa voie et sa voix dans l'édition, elle avait entamé des études de cinéma.

À bientôt quarante ans, elle jette un regard rétrospectif à la fois charmant et vivifiant sur une espèce d'alter ego cinématographique. Sophie (Sara Forestier), fin de la trentaine, cherche à la fois le grand amour et à assouvir ses aspirations de créer des bandes dessinées. Refoulée de toutes les écoles d'art, ayant passé l'âge limite de 25 ans ("Et après, on va se faire foutre ?"), elle décroche un boulot dans une maison d'édition indépendante (occasion de croquer ce petit monde qu'Antico connaît bien).

"C'est bien, tu tiens quelque chose, mais faut encore travailler" entend en boucle Sophie en guise d'encouragement un brin condescendant sur ses croquis. Même écho pour sa copine aspirante comédienne Julia (Laetitia Dosch, parfaite en bonne copine un peu cabossée aussi, voire perchée). Comme Sophie, elle assure l'ordinaire en faisant la serveuse dans un bistro parisien.

La musique de Nine Antico

On connaît un peu la chanson de Playlist pourrait-on écrire. Mais Nine Antico a une musique bien à elle. Un regard aussi. Si bande dessinée et cinéma sont deux médias plus différents qu'on ne le pense généralement, la réalis-autrice garde encore des cadres fixes, où se meuvent avec aisance ses comédiennes et comédiens - non sans, parfois, un brin de comique de situation.

Son noir et blanc soigné renvoie à son imaginaire cinématographique assumé - France Ha de Noah Baumbach, le meilleur de Woody Allen et une certaine Nouvelle Vague - avec, aussi, les échos de la voix off de Bertrand Belin dont le phrasé caractéristique scande le récit.

On pense aussi, sans trop vouloir le souligner, aux séries Girls de Lena Dunham ou Fleabag de Phoebe Waller-Bridge. C'est moins l'air du temps qui fait raccord que l'intemporel universalisme de la quête du grand amour, mâtiné de la question récurrente de toutes les bandes dessinées de Nine Antico : qu'est-ce qu'être une femme libérée ? La question du rapport au corps, à sa jouissance est posée avec délicatesse et humour.

Sara Forestier est idéale dans le rôle, mélange de détermination, d’énergie et de spleen (passager). La collection de garçons qu’elle croise - sa playlist d’amants ou prétendants - est joyeusement cocasse et typée. Accompagnée d’une bande musicale Lo-Fi et très nineties, résidu des rêveries adolescentes de Sophie et de sa créatrice.

Ou comment, pour Nine Antico, rester en haute-fidélité avec soi-même et son œuvre, tout en se réinventant sur un autre niveau créatif. Homme ou femme, sauf à être désespérément obtus, on se laisse emporter par les heurs et malheurs de Sophie.

Playlist Girls Meet Boys De Nine Antico Scénario Nine Antico Avec Sara Forestier, Laetitia Dosch, Inas Chanti, Pierre Lottin,… Durée 1h28.

"Playlist": on se laisse emporter par les heurs et malheurs de Sophie
©D.R.