"Les Fantasmes": six duos bien décidés à pimenter ou à améliorer la qualité de leurs relations intimes

Six couples, six relations amoureuses, six fantasmes et autant de tableaux de vies qui cherchent à se réinventer.

Six couples, six situations amoureuses, six inclinations et quelques nouvelles combinaisons. Avec Les fantasmes, les frères Foenkinos s'offrent une variation légère sur le thème des rêveries plus ou moins coquines, plus ou moins taboues. Soit six duos bien décidés à pimenter ou à améliorer la qualité de leurs relations intimes, jugées trop classiques ou ronronnantes. Entre penchant pour les jeux de rôles, goût des larmes, passion pour la mort, éloge de la chasteté, envie de se filmer en pleins ébats et séduction fatale des autres membres de la fratrie, les situations de départ ne manquent pas de sel. À chaque couple, ensuite, d'imaginer ses propres scénarios.

Jolies entrées en matière

Les couples en crise et le désamour, le désarroi existentiel et la crise de la quarantaine figurent parmi les thèmes de prédilection du David Foenkinos, romancier et scénariste, père de La Délicatesse et de Charlotte, deux énormes succès en librairie et une jolie carrière au cinéma à la clé. Ces thématiques sont également abordées plus ou moins (in)directement, au gré de situations habilement brossées et amoureusement incarnées, dans ce film écrit et réalisé avec son frère Stéphane.

Pourtant, passées l’entrée en matière et les premières joutes des amants et, malgré l’enthousiasme et la gourmandise de leurs interprètes (mentions spéciales à Céline Sallette, Monica Bellucci et Joséphine Japy), quelques situations s’enlisent ou, au contraire, s’évaporent trop rapidement. Comme si l’art de la chute avait été négligé. Dommage.

Comédie joyeuse et sympathique

Le résultat est donc sympathique et joyeux mais, au final, plutôt attendu, les scénarios des différentes saynètes ne provoquant guère de surprises et, en tout cas, aucun bouleversement majeur. Si l'on s'amuse notamment du couple formé par Monica Belluci et Carole Bouquet, leur passion dévorante et plutôt inattendue est mise en scène de façon finalement assez sage. Ce qui manque le plus à cette évocation, c'est sans doute davantage de légèreté dans la narration et le montage, plus de folie dans le traitement de l'image. On passe, certes, un bon moment mais il n'est pas sûr que ces fantasmes, nés de la libre adaptation d'un film à sketchs australien, hanteront durablement les psychés. Et ce, malgré l'élan et l'implication de Ramzy Bedia, Karin Viard, Suzanne Clément et Denis Podalydès, entre autres.

Les Fantasmes Brèves comédies De David et Stéphane Foenkinos Scénario David et Stéphane Foenkinos Avec Céline Sallette, Monica Bellucci, Ramzy Bedia, Karin Viard, Denis Podalydès... Durée 1h41.

placeholder
© D.R.