Rouge, la couleur de la lutte et de l’environnement souillé

Farid Bentoumi s’empare d’un scandale écologique français pour évoquer certains dilemmes qui secouent le milieu ouvrier.

Après le décès accidentel d’une patiente aux urgences, Nour Hamadi (Zita Hanrot) a quitté l’hôpital et accepté un poste d’infirmière dans l’usine chimique de son père. C’est aussi l’endroit où travaillent son futur beau-frère et la plupart de ses amis ou voisins. Avec ses 224 travailleurs, Arkalu est le plus grand employeur de la région, une véritable institution tenue à bout de bras par les élus locaux et plusieurs générations d’ouvriers. Ce poste qui aurait dû rapprocher Slimane Hamadi (Sami Bouajila) et sa fille va pourtant être la cause de leur division, Nour ne tardant pas à remarquer de nombreuses irrégularités dans les mesures de sécurité appliquées et dans le suivi de l’état de santé des ouvriers.

Lors d’une réunion avec le député et les autorités régionales concernant l’avenir de l’usine, Nour découvre avec stupéfaction les accusations de mise en danger de la vie des ouvriers et des riverains mais aussi de dissimulation de pollution proférées par une journaliste (Céline Sallette). La fameuse "boue rouge" que les ouvriers évacuent chaque jour contient des métaux lourds et des traces de radioactivité, elle serait cause de nombreux cancers et de la pollution de différents sites de rejet depuis plus de cinquante ans.

Pour Nour, qui tombe des nues, l’heure est à la prise de position et à la crise de conscience : va-t-elle soutenir les siens dans leur combat pour conserver leur emploi ou faire honneur à son serment de soignante ?

Un scandale bien réel, près de Marseille

Inspiré de faits réels, le film de Farid Bentoumi aux allures de thriller repose sur une construction relativement classique. Filmé caméra à l’épaule, façon cinéma vérité, il a toutefois un côté très linéaire, presque documentaire sauf dans les très belles scènes de la vie familiale, rendues aériennes et organiques.

Malgré ces beaux instants de vie "volés", une fois l’enquête journalistique véritablement lancée, le traitement rigoureux et carré de l’enquête fait perdre en chaleur humaine ce que le film gagne en efficacité. Nour qui hésite à se comporter en véritable lanceuse d’alerte, en raison de la pression familiale et du chantage affectif qu’exerce son père, n’acquiert pas le statut d’une Erin Brockovich s’attirant la sympathie de tous au fur et à mesure de son combat. Zita Hanrot habite avec force ce rôle délicat.

Le film, par sa narration à thèse sans réelle surprise, manque un peu de souffle et de force de frappe alors que son sujet, grave, aurait pu provoquer l’indignation, une détermination sans faille et une vraie prise de conscience. Les faits mis en lumière ici ont régulièrement défrayé la chronique en France, notamment lors du scandale de l’usine chimique de Gardanne, au-dessus de Marseille. Cette coproduction franco-belge est dotée du label Cannes 2020.

Rouge Thriller écologique De Farid Bentoumi Scénario Farid Bentoumi Avec Zita Hanrot, Sami Bouajila, Céline Sallette… Durée 1h26

Rouge, la couleur de la lutte et de l’environnement souillé
©IPM