"Competencia oficial": La danse des egos du cinéma déride la Mostra

Penelope Cruz et Antonio Banderas, réunis en Compétition de la 78e Mostra de Venise dans une comédie féroce dans les coulisses du cinéma signée par les Argentins Mariano Cohn et Gastón Duprat.

"Competencia oficial": La danse des egos du cinéma déride la Mostra
©Mostra del cinema

Découverts à Venise en 2016 avec Citoyen d'honneur, comédie noire qui avait valu le prix d'interprétation à l'acteur Oscar Martinez, Mariano Cohn et Gastón Duprat étaient de retour, ce samedi soir, en Compétition de la 78e Mostra del cinema avec Competencia oficial. Une satire du monde du cinéma qui a fait hurler de rire le Lido.

Dans son nouveau film, le duo argentin retrouve son compatriote Oscar Martinez, cette fois face aux acteurs d'Almodóvar: Penelope Cruz (qui était d'ailleurs à l'affiche de Madres paralelas, mercredi en ouverture) et Antonio Banderas. Tous trois se régalent dans cette farce ravageuse qui dézingue la danse des egos dans le monde du cinéma.

"Competencia oficial": La danse des egos du cinéma déride la Mostra
©Mostra del cinema

Un pont? Non, un film!

Alors qu'il fête ses 80 ans, Don Humberto (José Luis Gómez), un grand patron de l'industrie pharmaceutique à la tête d'une "fortune indécente", selon ses propres dires, se dit qu'il est temps qu'il laisse quelque chose qui compte dans l'Histoire. Un pont par exemple. Oui, un pont, réalisé par un grand architecte. Ou non, mieux, un film. Un grand film! N'y connaissant rien au cinéma, le vieil homme laisse à son assistant le soin d'acheter les droits, hors de prix, de Rivalidad, roman signé par un Prix Nobel de littérature, et d'engager le meilleur réalisateur. Ce sera Lola Cuevas (Penelope Cruz), qui a à son actif un Lion d'argent à Venise et une Palme d'or à Cannes.

Pour incarner la rivalité entre deux frères sur fond de tragédie familiale de son film, la rousse flamboyante a choisi d’engager deux acteurs que tout oppose: Iván Torres (Oscar Ramirez), immense comédien de théâtre surnommé le « Maestro », et Félix Rivero (Antonio Banderas), une star mondiale plus habituée des tapis rouges hollywoodiens que des planches madrilènes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le courant ne passe pas vraiment entre ces comédiens aux méthodes de travail radicalement différentes!

"Competencia oficial": La danse des egos du cinéma déride la Mostra
©Mostra del cinema

Une comédie irrésistible

Retraçant la fabrication du film, depuis les premières lectures jusqu'à sa présentation en Compétition officielle, Mariano Cohn et Gastón Duprat prennent un malin plaisir à se moquer de leurs personnages qui, tous, sont dévorés par un ego surdimensionné. Les deux acteurs bien sûrs, mais aussi cette réalisatrice "géniale", qui cherche à canaliser les personnalités respectives de ses comédiens au service de son film par une série d'exercices plutôt déstabilisants…

Comédie référentielle irrésistible, Competencia oficial a beaucoup plu au public cinéphile de la Mostra. La farce est ceci dit assez corsée et l'univers assez familier pour parler à tout un chacun. Si l'on rit beaucoup, si les personnages et les situations sont bien croqués, le film se montre quand même un poil paresseux, surfant pendant deux heures sur la même tension dramatique, sans réellement réussir à s'en échapper, pas plus qu'aux clichés attendus sur l'industrie du 7e Art. Reste qu'il fait toujours du bien de rire, au milieu de compétition, devant une comédie savoureuse, très bien écrite, mise en scène avec inventivité et portée par trois acteurs jouant avec autant d'autodérision de leur image respective.

"Competencia oficial": La danse des egos du cinéma déride la Mostra
©Mostra del cinema