L'acteur Jean-Paul Belmondo est décédé

Star de la Nouvelle vague puis flic ou truand de films grand public, l'acteur a eu l'itinéraire d'un enfant gâté du cinéma.

L'acteur Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français, est décédé lundi à son domicile à Paris à l'âge de 88 ans, a annoncé sa famille dans un communiqué, transmis à l'AFP par leur avocat. "Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s'est éteint tranquillement", a écrit sa famille dans le communiqué, transmis par Me Michel Godest.

Né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine, Belmondo décroche son premier grand rôle dans 'A bout de souffle', de Jean-Luc Godard, en 1960.

Acteur emblématique de la Nouvelle vague ("Moderato Cantabile", "Pierrot le fou"), il se tourne vite vers les comédies et les aventures rocambolesques où il enlace les plus belles actrices, de Catherine Deneuve à Sophia Loren en passant par Claudia Cardinale et Françoise Dorléac. Certaines deviennent ses compagnes à la ville, comme Ursula Andress et Laura Antonelli.

Passionné de boxe -gamin, il rêvait d'égaler Marcel Cerdan- il privilégie ensuite les rôles très "physiques" où il peut manier la cascade -sans doublure- et le coup de poing. C'est la période des superflics, des macho bagarreurs et des truands: "Borsalino", "Le Magnifique", "Flic ou voyou", "Le Professionnel" ou encore "L'As des as".

L'acteur Jean-Paul Belmondo est décédé

Pendant plus de vingt ans, 48 de ses films dépassent chacun le million d'entrées... Jusqu'au "Solitaire" en 1987, son premier gros échec commercial. Il rebondit avec le personnage truculent de Sam Lion dans "Itinéraire d'un enfant gâté" (1988). L'un de ses plus grands rôles, avec à la clef le César du meilleur acteur. Trophée qu'il refuse d'aller recevoir.

Il revient alors aussi à ses premières amours: il remonte sur les planches avec "Kean" et "Cyrano" et devient le propriétaire du Théâtre des Variétés.

Le visage buriné et éternellement bronzé, "Bébel" était quasi absent des plateaux depuis 2001, la faute à un accident vasculaire cérébral qui l'avait fortement handicapé. Mais il restait l'un des comédiens chouchous des Français.

Belmondo avait aussi alimenté la rubrique people des magazines. Après son divorce d'avec une ancienne coco-girl, Natty -la mère de Stella (2003), dernier de ses quatre enfants- il défraie la chronique avec sa conquête suivante, Barbara, une ex-mannequin belge, dont il se sépare finalement en 2012.

Sur le même sujet