Thierry Zéno: Vie, mort et nausée parmi les bêtes

La Cinematek a restauré trois des films de Thierry Zéno regroupés dans un nouveau DVD.

Thierry Zéno: Vie, mort et nausée parmi les bêtes
© D.R.

Le film date de 1974, mais il n’a rien perdu de sa singularité ou de son caractère subversif. L’histoire est celle d’un homme (Dominique Garny) qui poursuit une truie de ses assiduités et plus, car affinités. Enfin, en ce qui le concerne car, bien sûr, on ne connaîtra jamais l’opinion de la truie…

Ce film en noir et blanc et sans paroles accorde une grande attention aux images et au son et est parfois baigné d’une musique sacrée (Perotin et Monteverdi) ou de compositions électroacoustiques planantes (Alain Pierre). Il a fait la réputation du réalisateur belge Thierry Zéno, roi de la transgression, et près de 50 ans plus tard, demeure une œuvre à part.

On y suit un jeune homme vêtu sobrement quand il n’apparaît pas nu comme un ver. Est-il simple d’esprit ou simplement soucieux de communier avec la nature ? Nul ne le sait.

Passant du jeu au travail, de l’expérimentation à la création, on le voit jouer à colin-maillard au milieu des poules et des dindons. La scène pourrait sembler bucolique, mais Thierry Zéno en change très vite la tonalité. L’homme se colle nu contre la truie et coupe ensuite la tête d’une poule qu’il glisse dans un bocal comme s’il s’agissait d’une expérience scientifique ou d’une nature morte. Il se soulage ensuite dans une bassine à grand renfort de bruits réels ou singés, au milieu de ses bêtes…

Considère-t-il vivre parmi ses semblables ou veut-il nous rappeler crûment les cycles de la vie ? Tandis que se multiplient les scènes de "parades nuptiales", la caméra suit les animaux de la naissance à la mort cruelle… "C'est la nature", semble vouloir rappeler le cinéaste iconoclaste, tout en brisant les tabous les uns après les autres.


Images entre horreur et grâce

Certaines séquences, soulignées par une bande son stridente, sont à la limite du supportable. Le plus troublant n'est pourtant pas ce qui se donne à voir en premier : un film expérimental, au parfum de performance artistique, mêlant l'aspect documentaire à une improbable histoire d'amour entre un homme et une truie. Le réalisateur y donne aussi libre cours à sa fascination pour les déchets organiques, crus ou cuits. Et pour les rituels (religieux) de tous ordres qui sont au cœur de deux de ses films, précédent et suivant : Bouche sans fond ouverte sur les horizons et Des Morts.

Vase de noces pourrait vous rendre vegan, si vous ne l'êtes pas déjà, et laisse pantois face à l'abnégation de son unique comédien. Le film a fait scandale lors de sa présentation à la Semaine de la Critique à Cannes, en 1975, car Thierry Zéno se joue aussi de contrastes mystiques : baignant son film de musique céleste et d'un noir et blanc presque duveteux.

Ses trois films inclassables, qui défient nos sens, ont été restaurés par la Cinematek et le Centre du Cinéma ; ils sont rassemblés dans une nouvelle édition DVD assortie d’un livret éclairant rédigé par Muriel Andrin.

Vase de Noces Expérimental/Mystique De Thierry Zéno Scénario Thierry Zéno Avec Dominique Garny Durée 1h18.

placeholder
© D.R.