"Worth": combien valent leurs proches décédés dans les attentats du 11-Septembre ?

Michael Keaton, impliqué, dans un drame sur la compensation financière des victimes du 11-Septembre 2001.

Il y a tout juste 20 ans, le 11 septembre 2001, deux avions s’enfonçaient dans les tours jumelles du World Trade Center, un autre s’écrasait sur le Pentagone et un quatrième se crashait dans un champ en Pennsylvanie. Au total, les attentats terroristes les plus graves qui aient jamais touché les États-Unis occasionnèrent plus de 5000 victimes. Au lendemain de ceux-ci, les compagnies aériennes firent voter une loi en quatrième vitesse empêchant les familles des victimes de les poursuivre. En lieu et place, le Sénat instaura un fonds fédéral d’indemnisation.

Autant dire que personne ne se bouscule au portillon pour gérer celui-ci et expliquer à des familles éplorées combien valent leurs proches décédés… Seul Kenneth R. Feinberg (Michael Keaton), prof de droit et patron d’un grand cabinet d’avocats new-yorkais spécialisé dans les arrangements à l’amiable, se porte candidat, même s’il est démocrate face à une administration républicaine. Il a un peu plus de deux ans pour faire signer un accord à au moins 80 % des familles de victimes et éviter ainsi une avalanche de procès ruineux…

Avec son associée (Amy Ryan), il choisit même, par devoir envers son pays, de travailler pro bono. Mais dès sa première rencontre avec les familles pour leur exposer la formule mise au point pour déterminer les indemnités - calculés selon les revenus des victimes, ce qui fait de 250 000 à plusieurs millions de dollars par tête de pipe -, sa froideur et son détachement provoquent la colère. Blogueur ayant perdu sa femme dans le World Trade Center, Charles Wolf (Stanley Tucci) se présente comme son premier opposant. Il refuse le cynisme technocrate de Feinberg, estimant que chaque victime a droit à être traitée avec dignité et non comme un nombre de zéros sur un tableur Excel…

Thriller anti-cynique

Adapté du récit publié en 2005 par Kenneth Feinberg lui-même, Worth n'est pas à proprement parler un film sur le 11-Septembre, comme allaient en réaliser Paul Greengrass avec Vol 93 (2006) ou Oliver Stone avec World Trade Center (2006). Il n'en est pas moins très très patriotique. Le troisième long métrage de Sara Colangelo (connue pour le remake de The Kindergarten Teacher de l'Israélien Nadav Lapid, avec Maggie Gyllenhaal en 2018) est en effet une ode à la réconciliation d'un pays au lendemain de la plus terrible attaque qu'il ait subi sur son sol.

Mais au-delà de ce couplet attendu, Worth dénonce surtout avec force le cynisme d'une administration qui cherchait à se débarrasser au plus vite de ces milliers de familles de victimes. Et ce au travers du parcours d'un avocat (campé par un très grand Michael Keaton) qui, au contact de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants réclamant simplement un peu de justice, va remettre en question sa façon de voir la justice. Un parcours exemplaire, certes, mais qui fait du bien.

Worth Drame procédurier De Sara Colangelo Scénario Max Borenstein (d'après What is Life Worth de Kenneth Feinberg) Musique Nico Muhly Avec Michael Keaton, Amy Ryan, Stanley Tucci, Shunori Ramanathan… Durée 1h58.

"Worth": combien valent leurs proches décédés dans les attentats du 11-Septembre ?
©D.R.