"Le Peuple loup": une somptueuse fable médiévale

Tomm Moore et Ross Stewart signent une somptueuse fable médiévale.

Le Peuple loup de Tomm Moore et Ross Stewart est déjà disponible sur la plateforme AppleTV+, mais on ne saurait trop recommander aux petits et grands de le découvrir en salles, sur un grand écran. Car, comme toutes les œuvres du premier, ce film d'animation en 2D est un enchantement visuel de chaque instant.

Style personnel

Depuis son premier long métrage, Brendan et le secret de Kells, en 2009, Tomm Moore a réussi à imposer un style visuel loin de la standardisation du cinéma d'animation mondialisé. Thématiquement, on compare souvent Moore à Miyazaki. Comparaison un peu outrée tant le réalisateur irlandais possède une personnalité graphique bien distincte, mais justifiée par un amour commun pour des récits où il est toujours question de féerie sur fond de vie en harmonie avec la nature. À l'instar de Miyazaki, Moore puise dans ses racines culturelles afin d'infuser ses films.

Les enfants ne percevront sans doute pas ce sous-texte. Mais, ils se laisseront enchanter par les péripéties et le charme du graphisme.

Comme dans Brendan et le secret de Kells ou Le Chant de la mer , le graphisme stylisé, aux fausses perspectives, évoque les enluminures ou la peinture médiévales. Courbes et rondeurs caractérisent la forêt et le monde de la Nature, droites et carrés celui la ville et des hommes. Les auteurs ont parfois préservé les traces de crayonnés sous la mise en couleur, ce qui ajoute au charme de cette animation à l'ancienne maîtrisée.

Le secret des loups

Ici, au XIIIe siècle, on suit Robyn Foodfellow, une petite orpheline dont le père est au service du Lord Protecteur d’une cité médiévale. Il doit traquer les loups qui infestent la forêt voisine. Robyn, voulant aider son père et prouver qu’elle est une grande chasseuse, quitte la ville malgré l’interdiction formelle du lord.

En faisant la connaissance de Mebh, une fille des bois espiègle à l’imposante crinière rousse et dotée de singuliers pouvoirs, Robyn va découvrir le secret du peuple loup et la raison de sa présence au bord de la ville.

D’un récit d’initiation a priori classique sur fond d’imaginaire fantastique, Tomm Moore et Ross Stewart tirent une fable aux relents écologiques.

Le déboisement effréné est l’enjeu du conflit entre les loups et les humains. Les événements vont amener Robyn à partager la lutte des loups.

Le thème de la conquête de la supposée civilisation sur la nature sauvage n'est pas neuf chez Moore. On notera que Le Peuple loup est le second film d'animation de 2021, après Luca d'‎Enrico Casarosa, qui confrontent des enfants à la peur des humains vis-à-vis de créatures fantastiques différentes, dont le territoire est menacé par l'exploitation de ses ressources.

Mais il est aussi question dans cette œuvre d’une autre colonisation. La version originale du film joue de l’opposition entre les accents locaux irlandais et ceux des envahisseurs britanniques, incarnés par le Lord Protecteur (qui est tout sauf protecteur) et sa soldatesque.

Ce petit rappel historique et ironique à l'heure du Brexit par un Tomm Moore qui sait, comme réalisateur et producteur, ce qu'il doit aux coproductions européennes. Et qui lutte, à sa modeste échelle d'artiste, contre la soumission à un modèle de culture anglo-saxonne mondialisé. Le Peuple loup en est à nouveau une brillante démonstration.

Le Peuple loup / Wolf-Walkers Animation enchanteresse De Tomm Moore et Ross Stewart Scénario Will Collins d'après une histoire originale de Tomm Moore, Jessica Cleland et Ross Stewart Avec les voix de Sean Bean, Simon McBurney, Maria Doyle Kennedy,… Durée 1h43. A partir de 6 ans.

"Le Peuple loup": une somptueuse fable médiévale
©D.R.