Drame sur un tournage d'Hollywood: de nouveaux détails sur le coup de feu fatal tiré par Alec Baldwin révélés

L'acteur Alec Baldwin s'entraînait à dégainer son arme, pointée vers la caméra, quand est parti le coup de feu fatal à une directrice de la photographie pendant un tournage aux Etats-Unis, selon des nouveaux détails sur le drame révélés lundi.

Drame sur un tournage d'Hollywood: de nouveaux détails sur le coup de feu fatal tiré par Alec Baldwin révélés
©AP
AFP

Le réalisateur Joel Souza, blessé à l'épaule par le tir et en convalescence, a déclaré avoir entendu ce qui ressemblait au "bruit d'un fouet, et un gros +pan+" alors qu'il se tenait derrière la victime, Halyna Hutchins, précise ce nouveau rapport d'enquête préliminaire consulté par l'AFP.

L'équipe était en train de tourner un western intitulé "Rust", dans l'Etat du Nouveau-Mexique.

"Alec (Baldwin) était assis sur un banc dans un décor d'église, et il s'entraînait à dégainer", rapporte le document. Le réalisateur regardait lui par-dessus l'épaule de la directrice de la photographie de 42 ans, qui a été touchée au torse jeudi et a été déclarée morte quelques heures plus tard.

Après le coup de feu, la cinéaste "s'est agrippé l'abdomen" et a dit ne plus sentir ses jambes, a précisé le réalisateur, ajoutant qu'elle avait "commencé à trébucher en arrière" et avait été "aidée à se mettre par terre".

Le cameraman Reid Russell a précisé que la scène n'avait pas été filmée.

L'assistant réalisateur Dave Halls avait affirmé que l'arme était "froide", c'est-à-dire censée être vide et donc inoffensive dans le jargon du cinéma. Joel Souza a toutefois dit "ne pas être sûr" que l'arme ait subi un nouveau contrôle de sécurité après la pause déjeuner de l'équipe. Un coup de feu a en tout cas bien été tiré, un accident qui a causé une onde de choc à Hollywood.

Pétition

L'enquête, toujours en cours, n'a pas encore permis d'éclaircir les responsabilités des personnes présentes ce jour-là - aucune poursuite n'a été engagée - mais l'attention se focalise sur les personnes ayant manipulé l'arme avant le tir.

D'après Joel Souza, hormis l'acteur Alec Baldwin, deux personnes ont manié l'arme.

La première, Hannah Gutierrez Reed, est une armurière de cinéma de 24 ans. C'est elle qui avait préparé le revolver, et l'avait placé sur un chariot avec deux autres armes.

Le chef électricien du tournage, qui dit avoir tenu dans ses bras Halyna Hutchins après sa blessure mortelle, a fustigé sur Facebook un drame provoqué par "la négligence et le manque de professionnalisme".

"En aucune manière une femme de 24 ans ne peut être une professionnelle en matière d'armes", a écrit rageusement Serge Svetnoy, pointant le manque d'expérience de Hannah Gutierrez Reed.

"Pour économiser des bouts de chandelle, on engage parfois des gens qui ne sont pas pleinement qualifiés pour un boulot compliqué et dangereux", accuse-t-il.

Guillaume Delouche, armurier pour Hollywood depuis près de 30 ans, s'est dit "très étonné" que quelqu'un de cet âge et avec seulement deux films à son actif, "puisse être chef armurier sur un film qui doit contenir beaucoup de scènes de combat avec des armes à feu".

La deuxième personne en ligne de mire dans l'enquête est l'assistant réalisateur Dave Halls, qui a tendu l'arme à Alec Baldwin en l'informant qu'elle n'était pas chargée.

M. Halls ne "savait pas que l'arme était chargée à balles réelles", précise un autre rapport d'un agent du bureau du shérif du comté de Santa Fe.

L'assistant réalisateur est décrit comme un professionnel expérimenté mais souffrait d'une mauvaise réputation pour avoir laissé se dérouler des pratiques dangereuses sur les tournages, a avancé NBC News dimanche.

Contactés par l'AFP, les producteurs n'avaient pas réagi dans l'immédiat, pas plus que Mme Gutierrez-Reed qui a effacé ses comptes sur les réseaux sociaux.

Dimanche, une veillée en hommage à Halyna Hutchins a été organisée à Burbank, près de Los Angeles. L'ambiance était chargée d'amertume et de tristesse, les participants souhaitant savoir comment une telle tragédie avait été possible.

Le drame a relancé le débat sur la sécurité des équipes et l'utilisation d'armes sur les plateaux.

Une pétition sur le site change.org, appelant à l'interdiction des armes à feu réelles sur les tournages et à de meilleures conditions de travail pour les équipes, avait récolté plus de 27.000 signatures lundi à la mi-journée.

Sur le même sujet