"Dealer" : l’itinéraire tragique et glaçant de cet adolescent lâché par les adultes qu’il croise

"Dealer" : l’itinéraire tragique et glaçant de cet adolescent lâché par les adultes qu’il croise

Johnny (Sverre Rous) n’a peur de rien. Juché sur son vélo customisé façon Harley, il livre ses sachets de poudre blanche à ses clients réguliers ou de passage. S’il traîne avec Youssef et bosse pour Luca (Bart Hollanders), jeune caïd menaçant et intraitable, Johnny assure seul ses rentrées d’argent régulières. Déjà connu des services de police, l’ado de 14 ans vit en foyer depuis que sa mère (Veerle Baetens), artiste peintre habitée, manifeste d’inquiétants troubles psychologiques. Malgré leur complicité et son comportement protecteur, Johnny ne parvient pas à être à la hauteur des démons qui la rongent.

Un soir, alors qu'il croise quelques fêtards bling bling et avinés, Johnny profite de l'opportunité pour les délester de leurs biens et arrondir son score de la semaine. Amusé et surpris par son aplomb et son jeune âge, Antony (Ben Segers vu dans Safety First), acteur de théâtre célèbre et tourmenté, décide de faire appel à ses services pour pimenter ses soirées de débauche. Johnny découvre un milieu fascinant et bien doté qui le fait rêver et lui donne envie de démarrer une nouvelle vie. Mais Luca, son ex-"patron" ne l'entend pas de cette oreille…

Dealer est le premier film de Jeroen Perceval, acteur flamand remarqué en 2011 aux côtés de Matthias Schoenaerts dans le film Rundskop (Bullhead) et ensuite dans Les Ardennes de Robin Pront. Les séries Zone Stad, Vermist et Tabula Rasa figurent également à son palmarès d'acteur. Après ses premiers pas en tant que scénariste (Injury Time), le voici qui passe derrière la caméra pour un long métrage sombre et désabusé dont il signe aussi le scénario.

Un jeune acteur impressionnant

Tourné à Anvers, la ville natale de Perceval, en pleine pandémie (de février à mars, puis en juillet 2020), le long métrage démontre sa maîtrise du scénario et de la direction d’acteurs. Le jeune Sverre Rous est presque de tous les plans, il offre une prestation habitée et sans failles face à un Ben Segers tour à tour amusé, chaleureux, protecteur mais peu fiable. Un rôle qui est presque une révélation pour l’acteur davantage apprécié pour ses rôles comiques.

Jeroen Perceval filme sans concession l’itinéraire tragique et glaçant de cet adolescent lâché par les adultes qu’il croise, confronté bien trop jeune à des dérives qui lui nuisent et le dépassent, comme si chacun avait à cœur de l’entraîner dans sa propre chute. Pris dans une nasse aux mailles serrées, jeunes dealers et fêtards quadras désabusés côtoient les mêmes abîmes, tandis que les approches visuelles et sonores de Perceval convergent pour accentuer l’emprise inéluctable de ce milieu glauque et frelaté.

Dealer Parours en roue libre De Jeroen Perceval Scénario Jeroen Perceval Avec Sverre Rous, Ben Segers, Veerle Baetens Durée 1h35.

"Dealer" : l’itinéraire tragique et glaçant de cet adolescent lâché par les adultes qu’il croise
©D.R.