"Les Bodin’s en Thaïlande": pas sûr qu'il soit nécessaire de s’infliger cette farce souvent lourde

Les Bodin’s s’offrent une virée sans grande originalité et avec zéro pour cent de finesse en Thaïlande.

Pour combattre la profonde déprime de son fils, Madame Bodin (Vincent Dubois), agricultrice pleine de bon sens, décide lui offrir un grand voyage vers une destination exotique. Cap sur la Thaïlande, ses danseuses graciles, sa nourriture savoureuse, ses plages au sable blanc et ses éléphants. Pour l’inséparable duo mère-fils qui n’a jamais quitté la ferme familiale, le voyage regorge de découvertes et d’aventures…

Il faut reconnaître aux Bodins qu’au-delà de leur humour prévisible et souvent lourdingue, ils peuvent parfois être touchants et révéler le meilleur des personnes avec lesquelles ils entrent en contact. Cascades, poursuites, bagarres, il n’y a rien de très inédit dans ce film d’aventures qui a tout du dépliant touristique empli de poncifs, le tout mâtiné de quelques blagues qui pourraient toucher la part très bon public qui sommeille en vous…

À la fois auteur et comédien de cette troisième aventure sur grand écran, Jean-Christian Fraiscinet se fait plaisir en multipliant les bévues, les gags (bon marché) et les cabrioles. Le résultat est dépaysant (même si le film reste bourré de clichés) et plein de bons sentiments, mais comme on devine l’issue dès les premières minutes du film et que le pathétique ne fait pas peur au duo, il n’est pas sûr qu’en dehors des irréductibles fans - étaient-ils vraiment déjà dans la salle les deux premières fois ? -, il soit nécessaire de s’infliger cette farce, parfois gentillette, souvent lourde, qui n’a pas peur de recycler tous les clichés sur le choc culturel entre la France profonde et le reste du monde.

Les Bodin's en Thaïlande Farce 100 % matière grasse De Frédéric Forestier Scénario Frédéric Forestier, Vincent Dubois, Jean-Christophe Fraiscinet Avec Vincent Dubois, Jean-Christophe Fraiscinet Durée 1h40.

"Les Bodin’s en Thaïlande": pas sûr qu'il soit nécessaire de s’infliger cette farce souvent lourde
©D.R.