Pierre Niney, l’étrange élégant

L’acteur aigu et aquilin aime les chiens et les motos, vit à la campagne, où il se méfie des chasseurs, et ne perd le contrôle que face caméra.

The 14th Angouleme French-Speaking Film Festival
©BELGAIMAGE
Nathalie Rouiller, pour Libération
L'esprit encombré du mot "charme", les oreilles bourdonnant de cette incantation à tomber en pâmoison, on remonte le Boul'mich à grands pas. Va-t-on vaciller devant les mèches soufflées haut de Pierre Niney, cet aquilin dont la pilosité oscille entre le hipster vintage et le révolutionnaire castriste ? Nos amies le fleurissent de superlatifs. Lestée de leur amour inconditionnel, on rejoint...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité