Stephan Streker s'est librement inspiré de l'affaire Wesphael: “L’ennemi est une histoire purement belge”

Le film ne sortira en salle que le 26 janvier 2022, mais le réalisateur de Noces vient de dévoiler la première bande-annonce de L'ennemi.

L'ennemi devait être un des événements belges de 2021. Mais finalement, le film de Stephan Streker librement inspiré de l'affaire Wesphael (accusé d'avoir tué Véronique Pirotton à Ostende en 2013 avant d'être acquitté trois ans plus tard), sortira le 26 janvier 2022. "Il faut entendre L'ennemi dans le sens de l'ennemi intime, explique le réalisateur de Noces. Je pense que cette notion d'ennemi, bien comprise, témoigne d'une évidence : le pire ennemi qu'un être humain rencontrera jamais est lui-même."

Pour autant, la fiction déborde largement du cadre. "C'est peut-être avant tout un film sur la Belgique L'ennemi est une histoire purement belge, dans son essence, par ses rebondissements. Il était important de respecter ça parce que je pense qu'on atteint à l'universel quand on est juste dans une particularité, une spécificité. Il m'arrive de dire que le vrai sujet de L'ennemi, en fait, c'est la Belgique. Louis Durieux est envisagé comme Premier ministre mais ne parle pas un mot de flamand. Il est une vraie célébrité dans le sud du pays mais personne ne le connaît en Flandre. Il y a des erreurs de traduction qui ont été commises dans les rapports de police, quand on est passé du flamand vers le français, détail sidérant qui se trouve dans le film mais qui est arrivé aussi dans le fait divers. La Belgique, un pays unique au monde, incroyable et que j'adore."

Avant de pouvoir découvrir L'ennemi au cinéma, voic déjà une première bande-annonce pour mettre en appétit.


Sur le même sujet