"Suprêmes": deux jeunes comédiens impressionnants dans les rôles de Kool Shen et JoeyStarr

Un film étiqueté "pe-ra" sur les origines de Suprême NTM, qui retrouve l’énergie des débuts de Kool Shen et JoeyStarr.

"Authentik, Authentik/NTM a su rester véridique/Semant la panique/Defrayant la chronique…" En 1991, quand il sort dans les bacs, Authentik, le premier album du groupe Suprême NTM fait l'effet d'une bombe !

Issus de Saint-Denis, dans le "9-3", Bruno Lopes, le Portugais d'origine, et Didier Morville, l'Antillais - plus connus sous leurs noms de scène Kool Shen et JoeyStarr - et tout leur posse (DJ S aux platines, Lady V aux chorés, les danseurs, les choristes…) mettent le feu aux MJC des "té-ci" de la banlieue parisienne. NTM fait rapidement de l'ombre à d'autres groupes de rap, comme Assassins à Paris et IAM à Marseille. C'est le début d'une carrière fulgurante, qui fera de NTM le plus grand groupe de rap français, jusqu'à sa séparation en 1998 (avant des reformations régulières le temps d'une série de concerts). En sept ans, le duo aura livré quatre opus : Authentik (1991), 1993… J'appuie sur la gâchette (1993), Paris sous les bombes (1995) et Suprême NTM (1998).

Un peu à la façon de la première saison de la série Canal + Validé - sur l'ascension d'un jeune rappeur -, Suprêmes revient sur les débuts de NTM, depuis sa création en 1988 jusqu'au 24 janvier 1992, quand le Suprême joue pour la première fois au Zénith de Paris, devant 6 000 spectateurs chauffés à blanc. Soit la partie la moins connue de la carrière du duo, celle la plus roots, la plus proche des idéaux originaux du hip-hop, qui viendront bientôt se fracasser aux exigences de l'industrie du disque. Refusé par Polydor, NTM sera finalement signé par Epic Records, une division de Sony (qui coproduit et distribue ce biopic).

La voix de la banlieue

Très politique, Suprêmes s'ouvre sur un discours condescendant de Mitterrand sur les banlieues et le manque de perspective et de culture pour les jeunes qui y vivent. On est en 1988 et le rap, pensent Kool Shen et JoeyStarr, est un truc d'Américains. Eux, ce qui les intéresse, c'est de graffer le métro et de danser. Pourtant, ils vont se mettre à rapper en français pour crier le mal-être des jeunes de banlieue…

Cinéaste ayant grandi en Seine-Saint-Denis, Audrey Estrougo (connue pour Toi, moi, les autres avec Leïla Bekhti en 2011 ou La Taularde, avec Sophie Marceau en 2015) a soigné sa reconstitution de la France de la fin des années 1980 pour retrouver l'ambiance survoltée des cités en pleine ébullition, alors que les bavures de la police se multipliaient déjà… Pour l'aider, elle a pu bénéficier du soutien des trois membres fondateurs de NTM : Kool Shen, DJ S, mais surtout JoeyStarr. Ce qui a pour effet de déséquilibrer quelque peu le récit vers ce dernier pour ce qui est de la trajectoire personnelle, le film insistant notamment sur sa relation très conflictuelle avec son père.

Côté musique, le film assume une part de la légende NTM, se disant "librement inspiré" des débuts du groupe, mais parvient parfaitement à nous replonger dans l'ambiance hip-hop d'alors. Notamment grâce à la BO parfaite de Cut Killer, mais aussi à deux jeunes comédiens impressionnants : Sandor Funtek (qui avait fait ses débuts dans La Vie d'Adèle de Kechiche) et Théo Christine (vu récemment dans Garçon chiffon de Nicolas Maury). Ils ne se contentent pas de jouer Kool Shen et JoeyStarr, ils ont également interprété chacun des morceaux qu'ils chantent sur scène. Bluffant !Hubert Heyrendt

Suprêmes Biopic rap De Audrey Estrougo Scénario Audrey Estrougo & Marcia Romano Photographie Éric Dumont Musique Cut Killer Avec Sandor Funtek, Théo Christine, César Chouraqui, Félix Lefebvre… Durée 1h52.

"Suprêmes": deux jeunes comédiens impressionnants dans les rôles de Kool Shen et JoeyStarr
©D.R.