"Don’t Look Up": la comète Dibiasky frappera la Terre dans six mois et, vu sa taille, anéantira toute forme de vie

Adam McKey réunit un casting stratosphérique pour une comédie apocalyptique hilarante mais longuette.

Kate Dibiasky (Jennifer Lawrence) n’en croit pas ses yeux ! Alors qu’elle fait des recherches à l’observatoire astronomique, cette doctorante en astronomie de l’université du Michigan vient de découvrir une comète. Ses camarades et son professeur, le docteur Randall Mindy (Leonardo DiCaprio), sont aussi fous de joie qu’elle et s’empressent de renommer ce nouvel objet stellaire en son honneur !

Sauf que leurs calculs sont rapidement alarmants… Selon eux, la comète Dibiasky frappera la Terre dans six mois et, vu sa taille, anéantira toute forme de vie. Les scientifiques s’empressent de prévenir la Nasa, qui les envoie d’urgence à Washington pour rencontrer la présidente Jane Orlean (Meryl Streep). Mais celle-ci et son directeur de cabinet, son fils Jason (Jonah Hill), sont plus occupés par les élections de mi-mandat que par le discours alarmant de ces scientifiques sortis de nulle part… Et ce n’est pas la prestation chaotique de Randall et Kate dans le talk-show à succès de Brie Evantee (Cate Blanchett) qui va aider à faire passer le message…

Comédie dépressive

Après deux films très politiques retraçant des faits réels de façon enlevée et efficace, The Big Short (sur la crise des subprimes) et Vice (avec Christian Bale en Dick Cheney), Adam McKay s'attaque cette fois à une pure fiction (quoique…). Il se sert des ressorts de la comédie - qu'il maîtrise sur le bout des doigts depuis ses fadaises comme Very Bad Cops ou Anchorman - pour s'attaquer au film catastrophe. Un film de circonstance, alors que la Nasa vient d'annoncer un projet de "défense planétaire" visant à dévier un astéroïde, en prévision d'une éventuelle collision d'un objet stellaire avec la Terre… Mais on est bien loin ici d'Armageddon avec Bruce Willis. On est plus proche du Melancholia de Lars Von Trier pour le côté dépressif et du Mars Attacks de Tim Burton pour la tonalité burlesque. Dommage que, très drôle, Don't Look Up tire un peu en longueur, perdant clairement en rythme et en intensité après la première heure…

Satire à clés

Adam McKay signe néanmoins une satire délirante de la société américaine. Et les clés sont transparentes. Pas difficile de lire qui se cache derrière cette administration américaine préférant les réseaux sociaux et les chaînes d’info en continu type Fox News aux rapports scientifiques. Ou derrière ce gourou de la tech transhumaniste façon Steve Job ou Elon Musk (campé par le génial Mark Rylance), prêt à lancer ses propres fusées pour sauver le monde… Mais tout le monde en prend pour son grade : la presse, les réseaux sociaux, les pipoles, les idéologues de tous bords et les consommateurs que nous sommes tous.

Avec Leonardo DiCaprio en guise de caution écologique, Don't Look Up est une métaphore directe de notre façon d'envisager la crise écologique. McKay se rit, très sérieusement, de notre déni face à cette catastrophe que les scientifiques crient sur tous les toits depuis 30 ans, alors que les politiques s'évertuent à regarder ailleurs…

Don't Look Up / Déni cosmique Satire environnementale Scénario & réalisation Adam McKay Musique Nicholas Britell Avec Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence, Cate Blanchett, Mark Rylance, Meryl Streep… Durée 2h18.

Mise en ligne du film sur Netflix le 24 décembre.

"Don’t Look Up": la comète Dibiasky frappera la Terre dans six mois et, vu sa taille, anéantira toute forme de vie
©D.R.


Sur le même sujet