"En attendant Bojangles": Virginie Efira et Romain Duris en couple épris à la folie, issu du roman d’Olivier Bourdeaut

Lorsque Georges (Romain Duris) croise Camille (Virginie Efira), il est subjugué par sa beauté et sa légèreté mais plus encore par les univers qu’elle semble redessiner sans jamais arrêter de valser. Pour ses beaux yeux, cet indécrottable baratineur est prêt à tout accepter : la valse des prénoms et l’imprévu au quotidien, le rejet de la conformité. Même endosser un vrai métier pour assurer l’indépendance financière du couple, plongé dans une réalité que Camille s’empresse de changer de peur de dépérir.

Dans cette course à la fête, où seuls le plaisir et la joie ont droit de cité, Georges se sent pousser des ailes un peu à l'image de Mademoiselle Superfétatoire, leur grue venue de Numidie. Il est prêt à valser jusqu'à la fin des temps sur la voix de Nina Simone saluant l'élégant Mr Bojangles pourvu que Camille reste pendue à son bras.

Succès littéraire quasi immédiat de l'année 2016, le premier roman d'Olivier Bourdeaut, multirécompensé, est adapté avec délectation par Régis Roinsard (Populaire, Les Traducteurs). Romain Duris et Virginie Efira prêtent au duo d'amoureux transis, leurs talents de danseurs de tango, portés par les chorégraphes Marion Motin et Mehdi Kerkouche.

Grégory Gadebois campe "l'ordure", complice de cette famille où tout tangue. De la Riviera à l'Espagne, rien n'arrête le couple tout au bonheur de savourer sa liberté. Les changements de prénoms, l'excentricité, la folie des grandeurs, les petits arrangements avec la vérité : tous leurs choix sont tournés vers le refus des normes. Le film, lumineux, fantasque et coloré, rend grâce à cette formidable insouciance dans laquelle les deux amants font grandir leur enfant. De la pile des lettres que l'on n'ouvre jamais aux récits qu'on partage, pour embellir la vie, en passant par les fêtes entre amis, tout est conforme aux souvenirs que le roman nous avait laissés. Flotte dans l'air ce parfum de dérapage incontrôlé que l'on sent poindre dès que l'enfant prodigue quitte les bancs de l'école.

Virginie Efira, héroïne belle et tragique

Virginie Efira est bouleversante dans la folie comme la tendresse ou la joie, refusant de se satisfaire de la banalité d'une existence rangée. Son œil pétille, sa vie étincelle et le tourbillon dans lequel elle entre ne peut se clore que sur un feu d'artifice. Sa relation à son fils Gary (Solan Machado-Graner), pleine de douceur et de fantaisie, est d'autant plus belle que l'on en perçoit les failles face à une réalité qui plie mais ne s'efface pas… À mesure que le tourbillon s'accélère, l'on distingue le bord du gouffre vers lequel la jeune femme semble se précipiter en dansant.

En attendant Bojangles Conte fantasque De Régis Roinsard Scénario Romain Compingt Avec Virginie Efira, Romain Duris, Solan Graner Durée 2h04.

"En attendant Bojangles": Virginie Efira et Romain Duris en couple épris à la folie, issu du roman d’Olivier Bourdeaut
©D.R.