"Nightmare Alley": Guillermo del Toro de retour avec un thriller noir porté par Bradley Cooper et Cate Blanchett

À la veille de l’entrée en guerre des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il fuit la maison en feu où il a enterré le corps d’un vieil homme, Stan Carlisle (Bradley Cooper) trouve refuge dans une fête foraine ambulante, dans un coin reculé du Midwest. Clem (Willem Dafoe) accepte de l’engager pour s’occuper de son "homme monstre", l’une des attractions les plus populaires.

Doué, le bonhomme trouve rapidement sa place aux seins des forains, séduisant la jeune "fée électrique" Moly (Rooney Marah) et se rapprochant de Zeena (Toni Collette) et de Pete (David Strathairn), dont il finit par reprendre le tour de mentalisme. Un tour qui fait rapidement sa richesse. Alors qu’il écume les hôtels chics de la Côte Est en compagnie de Moly, Stan rencontre, à Buffalo, la psychanalyste Lilith Ritter (Cate Blanchett), qui l’incite à voir encore plus grand…

Remake d’un classique

Déjà porté à l'écran en 1947 par Edmund Goulding avec Tyrone Power (dont la fille Romina fait d'ailleurs ici une apparition), le roman Le Charlatan de William Lindsay Gresham (publié en 1946) trouve une seconde jeunesse sous la houlette de Guillermo del Toro. Après le triomphe de son dernier film La Forme de l'eau (2017), qui avait décroché le Lion d'or à Venise et l'Oscar du meilleur film, le cinéaste mexicain délaisse pour une fois le fantastique et la science-fiction pour le film Noir à l'ancienne.

Si l'univers est cette fois réaliste, Nightmare Alley n'en reste pas moins peuplé de monstres et de freaks dans sa première partie, la plus convaincante, consacrée à la description du quotidien d'un carnaval ambulant dans une Amérique reculée. Où s'impose la puissance du cinéma de del Toro, et notamment ce goût pour la direction artistique, qui renoue avec l'atmosphère gothique de son Crimson Peak en 2015. C'est clairement là que le cinéaste prend le plus de plaisir, en mettant en scène un univers du faux-semblant, où tout n'est que truc, artifice pour bluffer le chaland. Comme une métaphore de son propre cinéma, qui a su faire de l'artificialité sa ligne de force.

Médium ou mentaliste ?

Dans sa seconde partie, malgré l'apparition de Cate Blanchett, comme toujours magistrale, Nightmare Alley tend à bégayer, abordant la question du vrai et du faux, de la manipulation, à travers ce personnage de mentaliste se faisant passer pour un médium capable de communiquer avec les morts, mais de façon plus appuyée et nettement moins visuelle. Jusqu'à la chute finale d'un héros frappé par l'appât du gain et condamné à un destin funeste.

Nightmare Alley reste néanmoins sans conteste de la bien belle ouvrage, grâce au talent de conteur et de metteur en scène de Guillermo del Toro, mais aussi par son casting foisonnant. Si Bradley Cooper (également coproducteur) est irréprochable dans le rôle de l'ambitieux prêt à toutes les compromissions pour réussir, il est entouré d'une foule d'acteurs géniaux. À commencer par Cate Blanchett, Willem Dafoe et Toni Collette, mais aussi des habitués du cinéma du Mexicain, comme Ron Perlman (son Hellboy) ou Richard Jenkins.

Et 2022 sera décidément une année del Toro, puisqu'on découvrira également prochainement son très attendu Pinocchio, réalisé en stop-motion pour Netflix.

Nightmare Alley Thriller Noir De Guillermo del Toro Scénario Kim Morgan et Guillermo del Toro Avec Bradley Cooper, Cate Blanchett, Rooney Mara, Willem Dafoe, Toni Collette, Richard Jenkins, Ron Perlman… Durée 2h30.


"Nightmare Alley": Guillermo del Toro de retour avec un thriller noir porté par Bradley Cooper et Cate Blanchett
©D.R.



Sur le même sujet