"Adieu Paris": un ramassis de vieux cons prétentieux... mais touchants

Édouard Baer dans un exercice de tendresse casse-gueule envers d’anciennes gloires parisiennes masculines.

Chaque année depuis 40 ans, le club des Amis de Yoshi se réunit à la Closerie des Lilas de Jeff (Jean-François Stévenin), dans le 6e arrondissement de Paris. Au fil des ans, de nombreux membres ont tiré leur révérence. D'autres, comme le sculpteur bruxellois Louki (François Damiens), les ont rejoints. Chaque année, ce club réservé aux hommes reçoit un invité. Aujourd'hui, c'est Benoît (Poelvoorde), un acteur comique namurois, qui a été choisi. Carrément stressé, celui-ci fait, avec quelques verres dans le nez, une apparition tonitruante dans le bistrot. Laquelle jette un froid ! Jacques (Pierre Arditi), l'écrivain de la bande tendance gauche caviar, le congédie promptement, prétextant un comportement déplacé lors de leur dernière rencontre.

Alors que ces messieurs passent à table pour disserter sur tout et surtout sur rien, Benoît attend au bar, dans l'espoir de pouvoir rejoindre cette bande de joyeux lurons, composée d'un riche directeur de théâtre (Bernard Murat), d'un vieil acariâtre (Daniel Prévost), d'un philosophe lunaire (Jackie Berroyer), d'un chanteur has been (Bernard Le Coq)… Un seul manque à l'appel, Michael (Gérard Depardieu), qui hésite encore à les rejoindre.

Nostalgie au masculin

Édouard Baer est décidément insaisissable. L'ex-trublion de Radio Nova et de Canal + (qui officie désormais sur France Inter, où il est notamment l'auteur d'un podcast en six épisodes intitulé L'Affaire Benoît Poelvoorde , qui imagine la disparition de l'acteur wallon) a commencé sa carrière de réalisateur avec l'inclassable La Bostella en 1999, dans la lignée non-sens directe de son Centre de visionnage à Nulle Part Ailleurs. Suivirent le décevant Akoibon (qui portait bien son nom en 2005) et l'irrésistible Ouvert la nuit (le dernier film de Michel Galabru en 2017), qui abordait déjà le thème de l'amitié.

Dans Adieu Paris, Baer met en scène d'anciennes gloires parisiennes uniquement masculines. Vieux beau dragueur, philosophe apathique, écrivain spécialiste en poncifs moralisateurs… Très antipathiques, ses personnages ne sont ni plus ni moins qu'un ramassis de vieux cons prétentieux, qui n'ont pas su s'adapter aux changements du monde actuel, restant campés sur leurs certitudes passéistes, sexistes…

Pourtant, ces vieillards pathétiques, Edouard Baer les observe avec une vraie tendresse. C’est ce regard qui finit par rendre attachants ces insupportables vieux messieurs, campés par une bande d’acteurs savoureux tous en mode autodérision. Aidé au scénario par Marcia Romano (qui apporte une caution féminine bienvenue à cet ensemble très masculin), le réalisateur parvient en effet à trouver les failles que cachent ces grandes gueules de cons…

Adieu Paris Comédie De Edouard Baer Scénario Edouard Baer et Marcia Romano Avec Benoît Poelvoorde, François Damiens, Pierre Arditi, Isabelle Nanty, Gérard Depardieu, Léa Drucker, Bernard Le Coq, Bernard Murat, Daniel Prévost, Jean-François Stévenin… Durée 1h36.

"Adieu Paris": un ramassis de vieux cons prétentieux... mais touchants
©D.R.