"C’mon, C’mon": Joaquin Phoenix livre une prestation dont il a le secret

Après des figures de mères, Mike Mills observe un père virtuel se forger au gré d’une escapade entre un journaliste et son neveu mineur.

Johnny (Joaquin Phoenix), un reporter radio, parcourt les États-Unis afin de recueillir les espoirs et les craintes des Millenials concernant leur avenir.

Le journaliste reste marqué par la disparition de sa mère, un an plus tôt. Sa sœur (Gaby Hoffman), avec laquelle il entretient une relation distante, lui demande de venir jusqu’en Californie afin de s’occuper de son neveu Jesse (Woody Norman), un gamin précoce, à l’imagination débridée.

Si le professionnel Johnny sait comment faire parler des ados inconnus, s’occuper de son neveu va le confronter à lui-même.

Figure du père amateur

Dans 20th Century Women (2017), Mike Mills portait un regard sur la figure de la mère. Beginners (2011) observait le coming out d'un père à travers le regard du fils. Cette fois, c'est un père amateur qui fait l'objet de l'attention du réalisateur.

À partir d'un thème stéréotypé (la rencontre entre un adulte et un enfant), la singularité de C'mon, C'mon pourrait être résumée par les paysages atypiques des grandes villes américaines ramenés par le directeur de la photo Robbie Ryan et choisis par le réalisateur comme plans d'exposition (lire notre entretien).

Maintes fois exposées au cinéma, Los Angeles, New York, Nouvelle-Orléans apparaissent sous un angle neuf - et pas seulement grâce à un somptueux noir et blanc.

Johnny et le réalisateur accordent à la jeunesse américaine une oreille attentive. Le reportage de Johnny n'est pas le sujet de C'mon, C'mon. Il n'en est pas moins un fil conducteur, contrepoint à la relation qui se développe entre l'oncle célibataire et sans enfant et ce neveu qui le confronte à ses responsabilités.

Ni pathos ni sentimentalisme

Sans excès de pathos ou de sentimentalisme, C'mon, C'mon est un film empreint de douceur et de tendresse. Mike Mills explore avec finesse la charge parentale (ou celle d'être un adulte), les relations familiales, la transmission, avec, en creux, cette idée fondamentale que l'éducation n'est pas à sens unique : Jesse apprend autant à Johnny à se révéler à lui-même que l'inverse.

Phoenix livre une prestation dont il a le secret : juste, naturel au point qu’on oublierait presque l’acteur derrière Johnny, notamment dans les scènes où il interroge des lycéens (à peine écrites et durant lesquelles l’acteur posait réellement des questions à de jeunes lycéens anonymes).

Mike Mills ne filme pas à hauteur d'enfant, mais observe plutôt un enfant qui prend la hauteur d'un adulte. Le film saisit une tranche de réalité - non plus 20th Century Women mais 21th Century Boys.

Woody Norman, déjà doté d'une expérience de comédien, est dénué de tout tic de jeu, ceux parfois présents chez les enfants stars. Le jeune Britannique fait jeu égal avec son partenaire adulte. Son alchimie avec Phoenix est palpable et contribue à la tonalité originale d'un film sans équivalent.

C'mon, C'mon / Nos âmes d'enfant Père et fils De Mike Mills Scénario Mike Mills Avec Joaquin Phoenix, Woody Norman, Gaby Hoffman,… Durée 1 h 48.

"C’mon, C’mon": Joaquin Phoenix livre une prestation dont il a le secret
©D.R.