"Presque": une comédie sensible qui, sans avoir l’air d’y toucher, traite de sujets graves

Bernard Campan et le philosophe suisse Alexandre Jollien signent un joli conte sur le handicap.

Entrepreneur en pompes funèbres basé à Lausanne, Louis (Bernard Campan) mène une vie bien rangée. Divorcé, insensible aux avances de l'une de ses collaboratrices, le quinquagénaire ne pense qu'au boulot. Un jour, sur la route, il manque de renverser Igor (Alexandre Jollien), livreur de paniers bio handicapé moteur, dont le tricycle verse dans le fossé. Igor est très intrigué par Louis. "Je ne pensais pas rencontrer un croque-mort de mon vivant !", plaisante-t-il. Nourri de philosophie, ce grand lecteur de Nietzsche, Spinoza et Descartes voit, là, l'occasion de se frotter d'un peu plus près à la mort. Sur un malentendu, voilà les deux hommes embarqués pour un voyage en corbillard vers Marseille, où Louis doit transporter le cadavre d'une vieille dame…

Sourire de la mort et du handicap

Au début des années 2000, Bernard Campan a fait une rencontre qui a bouleversé sa vie, l'amenant à se détourner progressivement de la comédie pour s'attaquer à des rôles plus graves. Cette rencontre, c'est celle d'Alexandre Jollien, infirme moteur cérébral suisse diplômé de philosophie du Trinity College de Dublin. Pour son premier film en solo en 2007 (après les grosses comédies post-Inconnus coréalisées avec Didier Bourdon), Campan s'était fait aider par Jollien pour écrire le scénario du sensible La Face cachée (avec Karin Viard). Cette fois, Campan et Jollien signent ensemble le scénario (avec l'aide de Manuel Poirier, le réalisateur de l'inoubliable Western en 1997), coréalisent et se donnent la réplique à l'écran.

Le personnage d'Igor, ce handicapé philosophe puise évidemment beaucoup dans le vécu d'Alexandre Jollien, avec quelques détails biographiques véridiques (la cause de son handicap, sa jeunesse passée en institution…), mais c'est bel et bien un personnage. Et Jollien est bel et bien acteur ici. Et plutôt un bon acteur. Sa complicité avec Campan fait le charme de ce buddy movie attachant qui, malgré ses bons sentiments, réussit à nous faire rire et à nous faire réfléchir.

Truffé de citations de Nietzsche et de la philosophie grecque antique (la spécialité de Jollien), Presque est une comédie sensible, qui, sans avoir l'air d'y toucher, traite de sujets graves. Le handicap, bien entendu - jusque dans ses dimensions les plus crues - et, à travers lui, notre rapport à la différence. Mais aussi la vie et la mort. Ou comment, en attendant que celle-ci advienne, profiter au mieux de l'existence, entre stoïcisme et épicurisme…

Presque Comédie philosophique De Bernard Campan et Alexandre Jollien Scénario B. Campan, A. Jollien, Hélène Grémillon et Manuel Poirier Avec Bernard Campan, Alexandre Jollien, Marilyne Canto, Tiphaine Daviot… Durée 1h32.

"Presque": une comédie sensible qui, sans avoir l’air d’y toucher, traite de sujets graves
©D.R.


Sur le même sujet