"Nos plus belles années": un film assez indigeste

Sur 40 ans, la chronique de quatre existences ballottées par la vie. Sentimental.

Avocat d’affaires marié à une riche héritière, Giulio Ristuccia (Pierfrancesco Favino) quitte la soirée chic organisée par son épouse pour aller fumer une cigarette sur la terrasse de leur grande villa romaine et regarder les feux d’artifice qui célèbrent le passage de la nouvelle année. Nostalgique, il repense aux années écoulées… Ses amis Paolo (Kim Rossi Stuart), Riccardo (Claudio Santamaria) et Gemma (Micaela Ramazzotti) lui manquent… Comme il semble loin l’été de leurs 16 ans, à Rome en 1982… À l’époque, ces quatre-là étaient inséparables et ils avaient toute la vie devant eux !

Vingt ans après L'ultimo baccio, Gabriele Muccino retrouve Pierfrancesco Favino et Claudio Santamaria pour explorer à nouveau les thèmes de l'amitié, de la famille et du couple. Et comme dans son dernier film en 2018, Une famille italienne , le cinéaste réunit un beau casting transalpin pour nous raconter, sur 40 ans, quatre existences bousculées par les aléas de la vie.

Avalanche de sentiments

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'auteur d' À la recherche du bonheur (2006) et de Sept vies (2009) avec Will Smith est toujours un adepte des bons sentiments et de la guimauve… Rythmée par de grands événements historiques (chute du mur de Berlin, opération Mani Pulite, arrivée au pouvoir de Berlusconi…), sa chronique italienne n'offre absolument aucune surprise.

Si l'ambition se rapproche de celle de Marco Tullio Giordana dans l'inoubliable Nos meilleures années (La meglio gioventù) en 2003, Muccino ne choisit pas l'angle de la politique ou de l'Histoire pour revenir sur les quatre dernières décennies de l'Italie contemporaine. Il se concentre uniquement sur la trajectoire de ses personnages.

Les acteurs sont bons, mais ils ne parviennent pas à extirper le film de son bain sentimental. Et ce, à cause d'une mise en scène aussi appuyée que les dialogues, multipliant les mouvements de caméra inutiles et les effets gadgets. Notamment quand, à tour de rôle, les personnages s'adressent à la caméra pour raconter, à la première personne, leur histoire et leurs petits malheurs. Sans même parler de la bande originale, sirupeuse à souhait, de Nicola Piovani… Bref, Nos plus belles années se révèle assez indigeste et, par-là même, peu émouvant…

Nos plus belles années / Gli anni più belli Comédie dramatique De Gabriele Muccino Scénario Gabriele Muccino et Paolo Costella Avec Pierfrancesco Favino, Micaela Ramazzotti, Kim Rossi Stuart, Claudio Santamaria, Emma Marrone… Durée 2h09.

"Nos plus belles années": un film assez indigeste
©D.R.