"3 histoires de Cowboy et Indien": une porte ouverte toujours enthousiasmante sur un univers délicieusement crétin mais totalement assumé

Trois moyens métrages du duo délirant de Patar et Aubier sont regroupés en une séance unique.

Depuis 2015, le tandem d’animateurs belges Stéphane Aubier et Vincent Patar, épaulés de leur coscénariste et producteur Vincent Tavier, déclinent en "spéciaux tv" (soit des moyens métrages de 26 minutes) les facéties délirantes de leurs héros, Cowboy (sans trait d’union) et Indien.

Éternels gamins, ces deux échappés d’une boîte de jeu pour enfant prénumérique (autant dire la préhistoire de l’imaginaire enfantin) continuent à faire tourner en bourrique Cheval, figure paternelle un peu bourrue mais bonne pâte.

Sur les plus ou moins petits écrans, on a découvert ces dernières années La Bûche de Noël, La Rentrée des classes et La foire agricole, regroupés ici en une séance unique qui fera son office sur grand écran, tant est méticuleux le soin apporté aux décors et aux images.

Sarabande de catastrophes

Les auteurs, se replongeant dans leurs propres souvenirs d’enfance, partent à chaque fois d’un des événements annuels qui rythment la vie des enfants. Plutôt portés sur l’oisiveté et le divertissement, Cowboy et Indien, tels un certain gaffeur de bande dessinée, déploient une énergie et une ingéniosité folles afin d’échapper aux corvées ou aux devoirs.

En découle à chaque fois une sarabande de catastrophes et péripéties qui se termine, comme au temps innocent du cinéma muet, par une bonne course-poursuite - ici rythmée par ces musiques rock, surf ou punk qu’affectionne le tandem d’animateurs.

L'enchaînement des trois titres rend un peu plus transparente cette mécanique narrative - encore que La foire agricole introduit une petite variante.

Dans cet absurde délirant où les métamorphoses sont légion, des éclairs supplémentaires de délire surprennent toujours. On retient, notamment, l’incursion des deux compères dans le cerveau (plutôt bien rempli) de Cochon, en quête de la réponse à un concours dont le premier prix est un voyage sur la Lune.

S’y bousculent les seconds rôles récurrents de l’univers, derrière lesquels on reconnaîtra certaines voix célèbres, Steven le fermier survitaminé (Benoît Poelvoorde), le placide Gendarme (Frédéric Jannin) ou les animaux Âne et Cochon (Bouli Lanners, dédoublé). Sans oublier le secret amour de Cheval, maîtresse d’école patiente du duo dynamique, Madame Longrée (Jeanne Balibar).

Ode à la récup antimerchandising (tous les jeunes spectateurs peuvent retrouver des avatars de Cowboy et Indien dans quelque grenier ou brocante), ces 3 Histoires sont une porte ouverte toujours enthousiasmante sur un univers délicieusement crétin mais totalement assumé.

Bonus : ceux en quête d'inédit se précipiteront au Festival Anima ou sur Anima Online (jusqu'au 6 mars) pour découvrir la nouvelle escapade de la joyeuse bande, Les Grandes Vacances.

3 histoires de Cowboy et Indien Jouons un peu De Stéphane Aubier et Vincent Patar Scénario Stéphane Aubier, Vincent Patar et Vincent Taviers Avec les voix de Bruce Ellison, Vincent Patar, Stéphane Aubier, Benoît Poelvoorde, Jeanne Balibar,… Durée 1h21.

"3 histoires de Cowboy et Indien": une porte ouverte toujours enthousiasmante sur un univers délicieusement crétin mais totalement assumé
©D.R.