"À cœur battant": on a bien du mal à supporter cette crise de couple sur une heure et demie…

Judith Chemla et Arieh Worthalter se quittent à distance. Répétitif.

Julie (Judith Chemla), jeune architecte française, et Yuval (Arieh Worthalter), photographe de guerre israélien, viennent d’avoir leur premier enfant, Lenny. Yuval a dû rentrer à Tel Aviv pour finaliser l’obtention de son visa, qui lui permettra de rejoindre sa femme et son fils à Paris. En attendant son retour, Julie tente tant bien que mal de mener de front sa vie professionnelle et son rôle de mère. Pour apaiser l’attente des retrouvailles, les deux tourtereaux se sont promis de s’appeler tous les jours par Skype, histoire de pouvoir se voir, échanger, faire presque comme s’ils étaient ensemble. Mais les démarches administratives s’éternisent…

Cinéaste israélienne vivant entre Paris et Tel Aviv, connue notamment pour l’étrange Vierges en 2018 (portrait, entre réalisme et onirisme, d’une ado rebelle dans une petite station balnéaire du nord d’Israël), Keren Ben Rafael décrochait, en 2019, le prix du meilleur film au Festival CinemaMed à Bruxelles pour La Fin de l’amour, rebaptisé depuis À cœur battant. Deux années de crise sanitaire plus tard, son nouveau long métrage n’en prend peut-être que plus de sens, alors que, durant le confinement, se sont multipliés les réunions Zoom et autres apéros virtuels.

Illusion de la présence

L’idée de raconter le délitement d’un couple - pas de spoiler, le titre originel ne laisse pas de place au doute… - à l’aune des nouvelles technologies est séduisante a priori. Elle permet de poser habilement la question de la présence et de l’absence, à l’heure où l’on peut se parler et se voir à des milliers de kilomètres de distance. Elle permet qui plus est un exercice de style intéressant d’un point de vue cinématographique.

Malheureusement, le procédé se révèle rapidement une fausse bonne idée. Les deux comédiens - la magnétique Judith Chemla et l’étonnant Arieh Worthalter, à l’impeccable accent hébreu - ne sont pas en cause. Mais l’utilisation systématique du champ-contrechamp par écrans d’ordinateur ou de téléphone portable interposés paraît finalement très répétitive. On a dès lors bien du mal à supporter cette crise de couple sur une heure et demie…

À cœur battant / La Fin de l'amour Drame numérique De Keren Ben Rafael Scénario Keren Ben Rafael et Élise Benroub Avec Judith Chemla, Arieh Worthalter… Durée 1h30.

"À cœur battant": on a bien du mal à supporter cette crise de couple sur une heure et demie…
©D.R.