"The Duke": l’histoire semble trop belle pour être vraie. Elle l’est pourtant…

Une savoureuse comédie sociale anglaise inspirée d’un fait divers réel, porté par Jim Broadbent et Helen Mirren.

Ancien chauffeur de taxi, Kempton Bunton (Jim Broadbent) vit avec son épouse (Helen Mirren) dans une petite maison ouvrière de Newcastle. Retraité excentrique, le bonhomme écrit des pièces de théâtre, que refuse la BBC, et est en guerre contre le gouvernement britannique. Son combat ? Obtenir la gratuité de la redevance télévisuelle pour celles et ceux qui n'en ont pas les moyens, et notamment pour les retraités. Mais, jusqu'ici, ses manifestations solitaires dans la rue, ses pétitions et ses appels dans la presse locale n'ont guère rencontré d'écho… Après la préemption du Portrait du duc de Wellington de Goya par la Couronne britannique pour la somme de 140 000 £, afin d'éviter que le tableau ne finisse chez un millionnaire américain, la toile est exposée à la National Gallery de Londres. Kempton décide de dérober le tableau et d'exiger une rançon de la même somme, exigeant la création d'un fonds permettant de payer la redevance pour les pensionnés…

L'histoire semble trop belle pour être vraie. Elle l'est pourtant… Le Portrait du duc de Wellington a en effet été volé à la National Gallery en 1961 et ne reparaîtra que quelques années plus tard - entre-temps, on pensera l'avoir retrouvée dans le repaire du Dr No dans le James Bond de 1962… De cette improbable histoire d'un cambriolage du dimanche qui tint la Grande-Bretagne en haleine, Roger Michell tirait en 2020 son dernier film, avant sa mort en septembre dernier.

Un grand Jim Boradbent

Fidèle à son style grand public, l'auteur du culte Coup de foudre à Notting Hill en 1999 signe une comédie sociale à l'anglaise classique, enlevée et à la reconstitution historique soignée. Mais la réussite du film tient avant tout à son casting. Si Hélène Mirren est comme toujours impeccable, Jim Broadbent se livre à un grand numéro ! Second rôle attachant - que l'on a vu un peu partout, d'Harry Potter à Brazil, en passant par Moulin Rouge, Topsy-Turvy de Mike Leigh (qui lui vaudra un prix d'interprétation à Venise) ou Iris de Richard Eyre (Oscar du meilleur second rôle) -, le septuagénaire britannique fait merveille dans la peau de ce retraité excentrique, qui vole un chef-d'œuvre de l'Histoire de l'art, non pas à son propre profit, mais par idéalisme. L'acteur tient entièrement sur ses épaules cette comédie attachante, qui apporte une lumière nouvelle sur un moment de l'Histoire de l'art récente…

The Duke Comédie De Roger Michell Scénario Richard Bean & Clive Coleman Photographie Mike Eley Musique George Fenton Montage Kristina Hetherington Avec Jim Broadbent, Helen Mirren, Matthew Goode, Fionn Whitehead… Durée 1h35.

"The Duke": l’histoire semble trop belle pour être vraie. Elle l’est pourtant…
©D.R.