"Ma mère est un gorille" offre aux enfants une réflexion universelle sur la tolérance

Jolie adaptation d’un roman de Frida Nilsson qui offre aux enfants une réflexion universelle sur la tolérance.

Comment parler de l’intolérance aux enfants ? Soit de manière littérale et au premier degré, au risque d’être pontifiant (et en risquant de souligner paradoxalement la stigmatisation d’une communauté) soit par le biais de la fable (merci monsieur La Fontaine). Troisième option : un mélange subtil des deux. C’est le cas avec ce film d’animation, adapté d’un livre jeunesse de Frida Nilsson, dont l’argument s’applique à toutes les formes de préjugés.

Jonna vit dans un orphelinat où les enfants attendent désespérément d’être adopté (la gentillesse de la directrice Gertrude est un peu contre-productive…). Le jour où se présente en guise de mère adoptive une gorille, tous les enfants prennent peur, sauf Jonna, qui saisit sa chance.

Universalité

Avec Gorilla - c’est son prénom - Jonna découvre toute la gamme des idées préconçues. Sa maman est volumineuse, poilue, vit dans une décharge, exerce un métier de seconde zone, ne connaît pas toutes les règles de la bienséance…

Entre les deux outsiders s’installent rapidement une complicité et une solidarité faite d’humour et d’une douce provocation à l’égard des bien-pensants.

Déjà réalisatrice de Paddy la petite souris (2017), Linda Hambäck, née à Séoul, en Corée du Sud en 1974, a connu l'adoption. Ma mère est une gorille… est son second long métrage qui aborde la question de la tolérance.

Frida Nilsson, l'auteure du livre jeunesse original est considéré comme la Roald Dahl suédoise. Ma mère est un gorille (et alors ?) a été traduit en français en 2011 chez Bayard jeunesse.

En permettant toutes les projections sur le personnage de Gorilla, le récit a le mérite de l’universalité. L’originalité amusante tenant au fait que la maman adoptive est le seul personnage animal du récit que tous les humains identifient réellement comme une gorille.

Petit bémol, la sous-intrigue avec le grand vilain maire cupide et sans cœur est plus convenue et bien moins subtile. Simplification intrigante dans un récit qui ose pourtant la nuance et la complexité dans la relation mère-fille.

Ma mère est un gorille (et alors ?) Animation De Linda Hambäck Scénario Janne Vierth d'après le roman de Frida Nilsson Avec les voix françaises de France Bastoen, Michel Hinderyckx, Rose Alloing, Manuela Servais,… Durée 1h12. À partir de 4 ans

"Ma mère est un gorille" offre aux enfants une réflexion universelle sur la tolérance
©IPM