Beyoncé, lobbying et espionnage de la police : Travis Kalanick en dix chiffres

Dans son enquête Super gonflé - La bataille Uber (Les Arènes), le journaliste du New York Times Mike Isaac dresse un portrait plutôt sombre de Travis Kalanick. Son mantra ? "La croissance", écrit-il. "Il vivait de chiffres." La preuve par dix.

Beyoncé, lobbying et espionnage de la police : Travis Kalanick en dix chiffres
©BELGA/AFP
0 . Pour s'implanter rapidement dans une nouvelle ville, Travis Kalanick dépêchait une équipe locale chargée de recruter des chauffeurs. Afin de les encourager à se lancer, UberCab (l'ancêtre d'Uber) avait passé un accord avec l'opérateur téléphonique AT&T pour acheter, en gros, des milliers d'iPhone. Le but : les distribuer gratuitement aux chauffeurs avec l'application de la firme. Uber a beaucoup misé sur les "incentives",...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité